Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
TOUT PUBLICPourquoi «Okja» aurait pu devenir le blockbuster de l'été

VIDEO. Pourquoi le film «Okja» aurait pu devenir le blockbuster de l'été

TOUT PUBLIC
Produit par et uniquement pour la chaîne Netflix, ce beau film aurait pu devenir le blockbuster qui fédère tous les publics cet été…
Okja de Bong Joon-ho
Okja de Bong Joon-ho - Netflix
Caroline Vié

Caroline Vié

Le fait qu’il soit produit par et pour la chaîne de télévision Netflix prive Okja de Bong Joon-ho d’une diffusion massive sur grand écran : seuls les abonnés de Netflix pourront le découvrir, dès le 28 juin, sur leur ordinateur, leur tablette, leur smartphone ou à la télé. A de rares exceptions, pas d’écrans de cinéma, donc…

Et dire que ce film aurait pu devenir le blockbuster qui fédère tous les publics cet été. 20 Minutes explique pourquoi. Car au fait, Okja, c’est quoi ?

a

Une belle histoire pour toute la famille

On est conquis par l’histoire d’une gamine adorable et de sa truie transgénique que de méchants industriels veulent transformer en charcuterie. « Les animaux et les enfants font bon ménage dans les contes », précise le réalisateur de The Host, du génial Memories of murder (qui ressort 5 juillet en salles et en version restaurée) ou du Transperceneigne, qui signe ici sa première œuvre ouvertement grand public.

Une créature qu’on aimerait adopter

C’est simple : Okja est faite pour être déclinée en peluche bien davantage que pour finir en plat du jour. Cette bébête imposante est une pure réussite qui rejoint E.T., Gizmo, Totoro et autres bestioles adorables dans le panthéon des créatures imaginaires qu’on aimerait pouvoir câliner sans autre forme de procès.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Le message est écolo mais pas trop

Boon Jong-ho dénonce l’élevage en batterie et les souffrances animales sans pour autant faire culpabiliser l’amateur de côte de bœuf. Ni lui, ni les personnages d’Okja ne sont végétariens. « Mon but n’était pas de culpabiliser le public mais de lui faire comprendre une réalité inadmissible », martèle-t-il.

Le film est bouleversant sans être démoralisant

Ça reniflait à tout va pendant la projection d’Okja à Cannes. Même ce public de professionnels, réputé blasé, a le ventre qui se tord quand la jeune héroïne se retrouve séparée de sa grosse bête affectueuse. La fin a, elle aussi, généré bien des soupirs mouillés, tandis qu’autres sortaient le sourire aux lèvres et l’âme chavirée.

Il y a du casting

De grands acteurs ont répondu « présents » à Bong Joon-ho : Tilda Swinton dans un double rôle de méchantes sœurs jumelles, Jake Gyllenhaall en savant sadique et m’as-tu vu et Paul Dano en activiste écolo frappadingue ajoute un grain de fantaisie à ce merveilleux conte qui mériterait vraiment une diffusion plus large.

a

Sujets liés