«Chanter, c'est pire que de se montrer nu»

INTERVIEW Tim Burton et Johnny Depp présentent «Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street»...

Recueilli par Caroline Vié
— 

Tim Burton et Johnny Depp présentent «Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street»...


 


Après six films ensemble, parvenez-vous encore à vous impressionner mutuellement ? 

Johnny Depp : Tim et moi sommes comme un vieux couple. Nous envisageons même de fuguer ensemble, mais ne le dites pas à nos femmes ! 

Tim Burton : Johnny m'impressionne toujours. Il a suffi que je glisse son nom aux pontes du studio pour parvenir à financer une comédie musicale ultra-gore, alors que personne n'était certain qu'il sache chanter. 

Y a-t-il un moment où vous vous êtes demandé si vous alliez y arriver ? 

J.D. : La première fois que je me suis retrouvé devant le micro, je me suis vraiment dit que je m'étais surestimé. J'ai vraiment eu un gros coup de chaud avant de me lancer. 

T.B. : Contrairement à Johnny, je n'étais pas inquiet. J'ai une confiance absolue en lui ! 

J.D. : C'est l'intérêt d'être un vieux couple : on sait qu'on peut compter l'un sur l'autre ! 

Comment s'est passé le tournage ? 

J.D. : Le plus dur était de coordonner mes gestes tout en chantant. Même si les chansons étaient préenregistrées, je poussais vraiment la chansonnette pendant les prises et Tim et les techniciens, qui connaissaient les morceaux par coeur, chantaient avec moi. 

T.B. : C'est vrai que j'ai pour habitude de murmurer les dialogues en même temps que les acteurs et que tout le monde s'est mis à en faire de même sur le plateau. C'est pourtant difficile de chanter en public car on dévoile beaucoup de soi... 

J.D. : C'est pire que de se montrer nu devant la caméra. Il n'y a vraiment que Tim pour me lancer des défis comme celui-là. 

Helena Bonham Carter a-t-elle beaucoup souffert elle aussi ? 

T.B. : Pour elle, c'était pire car, comme c'est ma compagne à la ville, je me montrais particulièrement exigeant. Je ne voulais pas qu'on puisse m'accuser de favoritisme. 

J.D. : Personne n'a pensé cela ! Helena est une grande fan de la comédie musicale originale et elle a travaillé comme une brute. Il aurait été injuste qu'elle n'obtienne pas le rôle sous prétexte qu'elle est la petite amie du réalisateur. 

Referez-vous des films ensemble ? 

T.B. : Oui, à la première occasion ! 

J.D. : Bien sûr ! Travailler avec Tim donne l'impression d'être à la fois en famille et entre amis.