VIDEO. Geoffrey Rush ne veut plus être un pirate des Caraïbes

SAGA Le Capitaine Barbossa ne reviendra pas (pour l'instant)…

20 Minutes avec agences

— 

L'acteur Geoffrey Rush à Hollywood
L'acteur Geoffrey Rush à Hollywood — WENN

À 65 ans, Geoffrey Rush estime qu’il est temps de tourner la page et affirme que son personnage, le pirate Hector Barbossa, a fait son temps dans la franchise des Pirates des Caraïbes. Une nouvelle qui devrait attrister bien des fans puisque son personnage figure dans tous les volets de la saga.

(Attention spoiler) « Je crois que c’est la fin pour Barbossa. (…) Perdre un personnage important, c’est assez bien. Ça prend son sens, et ça ne sonne pas comme un dénouement dramatique facile », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, ainsi que le rapporte le site Collider.

>> A lire aussi : «Pirates des Caraïbes 5»: Johnny Depp a refusé que le méchant soit une femme

Dans le nouveau volet intitulé La Vengeance de Salazar, actuellement au cinéma, le célèbre pirate se sacrifie pour sa fille Carina.

Captain Hector Barbossa #piratesofthecaribbean #potc #johnnydepp #geoffreyrush #dmtnt #disney #disneyland

A post shared by Pirates 365 (@pirates365) on

Un retour toujours possible

Si les personnages disparus peuvent néanmoins parfois ressusciter, Geoffrey Rush estime que cela engendrait dans le cas présent une certaine perte de crédibilité. « Je crois que la notion de sacrifice altruiste serait dévaluée si soudain on disait : ‘’Allez, ramenons-le, parce qu’il faut faire des entrées et que tout le monde aime Barbossa », a-t-il ajouté.

Toutefois, il estime que les scénaristes pourraient envisager certains moyens pour le faire revenir. « Ils peuvent trouver quelque chose. Il peut revenir, comme le père d’Hamlet, comme un fantôme, et juste ennuyer Jack avec ses mots de sagesse », propose-t-il. Des propos soutenus par le producteur, Jerry Bruckheimer, qui prévient que tout peut arriver. « On ne sait jamais avec nous. On peut toujours faire revenir des personnages quand on les aime, et on l’aime », prévient-il.