«Harry Potter», «Star Trek», «Indiana Jones»... A quand un fan film sur grand écran?

POP CULTURE Avec des fan films de plus en plus impressionnants, les blockbusters hollywoodiens n'ont qu'à bien se tenir...

V. J.

— 

«Voldemort: The Origins of the Heir» n'est pas un spin-off officiel mais un fan film de «Harry Potter»
«Voldemort: The Origins of the Heir» n'est pas un spin-off officiel mais un fan film de «Harry Potter» — Tryangle

C’est à s’y méprendre. Après Les Animaux fantastiques, Harry Potter a le droit à un nouveau spin-off avec Voldemort : Origins of the Heir. Mis en ligne lundi, le teaser a déjà été vu plus de 1,6 million de fois. Sauf que non. Il s'agit d'un fan film. S’il impressionne par son envergure et ses effets spéciaux, ce « Voldemort begins » n’est ni le premier fan film sur Harry Potter ( Le Maître de la mort, Initium), ni le dernier d’une oeuvre pop culte. Les fan films existent depuis presque aussi longtemps que les univers dont ils s’inspirent, à l’instar du Batman Dracula d'Andy Warhool ou des remakes étrangers et officieux de succès américains : Süpermenler, Turkish Star Wars, etc.

Les fans français font des super films

Pas de surprise, Star Wars, Star Trek, Doctor Who, Buffy et les super-héros sont largement plébiscités comme sujets de fan films, une discipline, une passion, où les Français excellent. Il suffit de jeter un oeil au Daredevil : The Teaser de David Sarrio ou au Batman : Ashes to Ashes de Julien Mokrani et Samuel Bodin, deux références du (super) genre.

Pour des raisons de copyright, ces films ne peuvent pas être exploités, et leurs auteurs gagner de l’argent avec, et sont donc restés cantonnés aux cercles d’amateurs, aux conventions de fans. Mais avec la démocratisation des moyens techniques, les fan films ont gagné en qualité et en exposition. Les caméras sont moins chères, les logiciels d’effets plus accessibles et les plates-formes de vidéo permettent de toucher le plus grand nombre. Par exemple, Dragon Ball Z : The Fall of Men met non seulement une claque visuelle à l’adaptation officielle Dragon Ball Evolution, mais le court réalisé par des Français (et oui encore, cocorico) compte 24 millions de vues sur YouTube contre 1.750.000 entrées pour le nanar hollywoodien.

Des productions qui n’ont plus rien d’amateur

Si les studios et ayants droit ont longtemps toléré les fan films, ils regardent de plus en plus ces productions d'un mauvais oeil. Parce qu’elles n’ont plus rien d’amateur. Paramount et CBS ont ainsi poursuivi en justice Alec Peters pour Axanar, son projet de long métrage sur Star Trek, pour lequel il avait réalisé un prélude de 20 minutes - un carton au Comic Con 2014 -, réuni un million de dollars de budget via le crowdfunding et même convaincu un acteur de la série Enterprise de reprendre son rôle. Paramount et CBS ont profité de l’occasion pour établir un guide pour les fan films Star Trek, qui ne devront dorénavant pas excéder les deux épisodes de 15 minutes. Axanar, lettre d’amour à Star Trek, sera donc un post-it.

Le plus grand fan film de tous les temps

Si Fox fait aussi la chasse aux fan films de ses franchises (Max Payne, James Bond), Lucasfilm s’est toujours montré ouvert envers sa fanbase et a même lancé un Star Wars Fan Film Awards officiel en 2000. Mais le plus grand fan film de tous les temps est peut-être Les Aventuriers de l’Arche perdue. Non pas le film de Steven Spielberg mais son remake et fan film réalisé au plan près par trois potes de 12 ans dans les années 80. Il leur faudra près de 10 ans pour le terminer une première fois, puis attendre 2014 et une campagne Kickstarter pour mettre un point final à cette aventure. Une histoire un peu folle qui donnera lieu à un documentaire, Raiders ! : The Story Of The Greatest Fan Film Ever Made, qui est sorti dans les salles américaines en 2016 et est maintenant disponible sur Netflix. Voldemort : Origins of the Heir, lui, est pour l’instant prévu sur YouTube.