Festival de Cannes: Et les premières récompenses sont attribuées à...

PALMARES Naomi Kawase, Robin Campillo, Agnès Varda et le caniche blanc du film « The Meyerowitz story »… sont les premiers lauréats de ce 70e Festival de Cannes…

Stéphane Leblanc
— 
Vers la lumière de Naomi Kawase
Vers la lumière de Naomi Kawase — Haut et court

Avant le palmarès de la compétition du Festival de Cannes, qui sera révélé ce dimanche à partir de 19h par Pedro Almodóvar et son jury, les premiers prix ont commencé à pleuvoir sur la Croisette.

C’est ainsi que :

-Vers la lumière (Hikari) de Naomi Kawase, qui raconte l’histoire d’une jeune femme qui rend les films accessibles aux aveugles grâce à l’audio description, a reçu le Prix du Jury œcuménique.


« Ce film de grande qualité artistique nous invite par sa poésie à regarder et écouter plus attentivement le monde qui nous entoure, a déclaré le jury. Il nous parle de responsabilité, de résilience, d’espoir, de la possibilité, même pour ceux qui sont dans l’obscurité, d’apercevoir la lumière. »

-120 Battements par minute de Robin Campillo s’est vu remettre le prix Fipresci de la presse internationale du meilleur film en sélection officielle. « Un film d’amour, un film sur la vie, la vie plus forte que la mort, un film comme une lueur d’espoir » a justifié le jury.

Le film a également reçu la Queer Palm et le prix François Chalais, attribué à « un film qui traduit au mieux la réalité du monde ».

Les autres prix Fipresci ont été remis à Une vie à l’étroit (Tesnota) du Russe Kantemir Balagov et à L’Usine de rien (A Fabrica de nada) du Portugais Pedro Pinho.

-Visages, Villages d’Agnès Varda et JR a reçu L’Œil d’or du meilleur documentaire, prix décerné par un jury présidé par Sandrine Bonnaire qui s’est dit « profondément ému par le choix d’Agnès et JR d’aller à la rencontre des soi-disant petites gens, touché au cœur par ce film qui conte la considération de l’Autre à travers l’art. Deux regards conjugués, tendres et généreux… »

-Bruno, le caniche blanc de The Meyerowitz Story a reçu la Palm Dog pour sa performance aux côtés de Dustin Hoffman. « Franchement c’était un rôle génial parce qu’ils ont mis le chien au coeur du scénario, explique l’organisateur du prix Toby Rose. Il est sympathique… pour cela, on s’est dit qu’il avait mérité sa récompense. » Dans la vraie vie, ce grand caniche s’appelle Einstein.


-La BO de Good Time des frères Safdie, signée Oneohtrix Point Never et Iggy Pop, a reçu le prix Cannes Soundtrack.

Ce vendredi soir à Un Certain Regard, le jury de Uma Thurman a récompensé :

- Un Homme intègre (Lerd) du réalisateur iranien Mohammad Rasoulof, lauréat du prix Un Certain Regard raconte le combat d’un homme seul face à la corruption d’une compagnie privée poussant les villageois à vendre leurs biens.


Les Filles d’Avril du Mexicain Michel Franco a reçu le prix du jury, Wind River de l’Américain Taylor Sheridan le prix de la mise en scène, Barbara de Mathieu Amalric un prix pour la poésie du cinéma et l’actrice Jasmine Trinca pour son rôle de mère courage dans Fortunata de l’Italien Sergio Castellitto.

Un peu plus tôt à la Semaine de la critique :

-Makala d’Emmanuel Gras recevait le Grand prix Nespresso de la Semaine de la critique. Gabriel E A Montanha du Brésilien Fellipe Gamarano Barbosa a obtenu le prix de la Révélation France 4 et le prix de la Fondation Gan et Ava de Léa Mysius le prix SACD

Et à la Quinzaine des réalisateurs :

Un beau soleil intérieur de Claire Denis et L’amant d’un jour de Philippe Garrel ont été récompensés du Prix SACD ex aequo. A Ciambra de l’Italien Jonas Carpignano a décroché le Label Europa Cinema et The Rider de la Sino-américaine Chloé Zhao le Prix Art Cinema Award.