Le Festival de Cannes bon pied, bon œil: Je me lève sur la Croisette, mais je suis à «Twin Peaks»

Neuvième jour Les films de Cannes, on peut les attendre avec impatience ou avec l’assurance d’être déçu. Et si ça dépendait tout simplement de quel pied on s’est levé?

Stéphane Leblanc

— 

Les bureau du shérif de Twin Peaks
Les bureau du shérif de Twin Peaks — Studiocanal

Le réveil sonne, il est 7 heures au Festival de Cannes. Avec un peu d’anticipation, imaginons que la journée ait déjà commencé…

Jeudi 25 mai. Je me lève du pied droit et il fait beau.

Je suis tout guilleret, la journée promet bien des surprises. Les frères Benny et Josh Safdie débarqueront dans ma vie précédés d’une excellente réputation bâtie, moi qui n’ai jamais vu aucun de leurs films. De nouveaux frères à Cannes avec un film qui s’appelle Good Time : Du bon temps, on en redemande.

Krotkaya, le nouveau film de l’Ukrainien Sergei Loznitsa, arrive précédé d’une belle réputation. A l’issue des 2h23 de projection, j’aurai une fois de plus l’impression d’avoir vu la Palme d’or. La sixième depuis le début du festival, après Faute d’amour, Okja, 120 battements par minute, The Square, Hikari

Comme personne ne m’a toujours rien spoilé des deux premiers épisodes de la saison 3 de Twin Peaks diffusés aux Etats-Unis, j’en prendrai plein les mirettes.

Ou alors… Jeudi 25 mai. Je me lève du pied gauche et il pleut.

J’apprendrai subrepticement que les Safdie ne sont pas une découverte cannoise, qu’ils étaient déjà venus à la Quinzaine des réalisateurs en 2009 avec leur premier long-métrage Lenny and the Kids. Et Good Time ne sera pas le feel good movie que j’attendais mais un film de braquage qui tourne mal.

Quelle idée de projeter Krotkaya, pensum ukrainien interminable de 2h23, dans la chaleur moite de l'après midi ? Dans la salle, ça sentira la sueur des festivaliers éreintés.

Comme on a tous un pote fan de Twin Peaks qui ne sait pas tenir sa langue, les épisodes projetés au Grand Théâtre Lumière, déjà diffusés depuis dimanche aux Etats-Unis auront comme un petit goût de réchauffé.