Le Festival de Cannes bon pied, bon œil : Je me lève pour manifester avec des stars

Cinquième jour Les films de Cannes, on peut les attendre avec impatience ou avec l’assurance d’être déçu. Et si ça dépendait tout simplement de quel pied on s’est levé ?

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié
— 
Louis Garrel et Stacy Martin dans Le Redoutable de Michel Hazavanicius
Louis Garrel et Stacy Martin dans Le Redoutable de Michel Hazavanicius — Netflix

Dimanche 21 mai. Je mets une petite robe d’été et je fonce me pavaner. Je suis guillerette.

Comment ne pas craquer d’avance pour Le Redoutable de Michel Hazanavicius ? On y verra le leader de la Nouvelle Vague tourner La Chinoise et le spectateur sera transporté en mai 1968. De quoi donner envie de lancer des pavés (mais pas trop loin pour ne pas assommer le spectateur de devant !).

>> A lire aussi : Festival de Cannes: Michel Hazanavicius dynamite le mythe Godard

Et Adam Sander et Ben Stiller qui retrouvent leur papa Dustin Hoffman dans The Meyerowitz Stories, ça fait carrément rêver. D’autant plus que le film est réalisé par Noah Baumbach, l’un des cinéastes américains les plus doués du moment dontMistress America avait enchanté les cinéphiles.

>> A lire aussi : Adam Sandler: «En France, 99% des gens me prennent pour Ben Stiller»

Adam Sandler et Ben Stiller dans The Meyerhowitz Stories de Noah Baumbach
Adam Sandler et Ben Stiller dans The Meyerhowitz Stories de Noah Baumbach - Netflix


Je me lève du pied gauche. Je coince la fermeture éclair de ma robe. Je suis habillée comme un sac toute la journée.

Faire jouer Godard par Louis Garrel, quelle drôle d’idée, ce type s’est toujours pris pour Antoine Doinel chez Truffaut ! Et puis il est fatigant Michel Hazanavicius avec ses hommages au cinéma. Surtout quand on n’est même pas capable de faire entendre ses acteurs parler dans The Artist. Ce n’est pas cette fois qu’on va entendre Godard…

Et puis eut, encore un film pour la télé ! The Meyerhowitz stories a été produit pour Netflix. Et les histoires de famille, on a assez des siennes pour ne pas avoir envie d’en voir aussi au cinéma ! Surtout avec le trio Hoffman/Sandler/Stiller qui devrait cabotiner plus que de raison.