«Voyage of Time - Au fil de la vie»: Terrence Malick est-il vraiment le nouveau Stanley Kubrick?

DOCUMENTAIRE Cette fresque aux images somptueuses ne sera projetée que lors d'une unique séance, mercredi 4 mai, à 20 heures...

Caroline Vié

— 

Voyage of Time: Au fil de la vie de Terrence Malick
Voyage of Time: Au fil de la vie de Terrence Malick — Mars Films

Pour Voyage of time - Au fil de la vie, Terrence Malick délaisse la fiction. Cette fresque métaphysique propose une réflexion sur l’histoire de l’Univers et sur la place que l’Homme s’y est forgée avec un commentaire dit par Cate Blanchett. A film exceptionnel, distribution unique : ce documentaire ne sera projeté qu’une seule fois le 4 mai à 20 heures dans toute la France.

Après la Palme d’or de The Tree of Life (2011), le réalisateur est revenu en force. « Terry Malick souhaite de plus en plus s’affranchir des obligations narratives pour laisser libre cours à son génie visionnaire », confiait son producteur Nicolas Gonda à 20 Minutes au moment de la sortie de Knights of Cups en 2016. Qu’on l’adule ou qu’on l’abhorre, Terrence Malick est unique ! 20 Minutes s’est demandé pourquoi on le compare souvent à Stanley Kubrick.

« Voyage of Time » ne ressemble à rien d’autre

Comme Kubrick, Malick suit sa voie, mais de façon plus radicale encore. Voyage of Time est une suite d’images à couper le souffle avec un commentaire un tantinet grandiloquent sur la vie et l’univers. Le côté mystique de son œuvre, véritable trip sensoriel, peut évoquer 2001, l’Odyssée de l’espace. Terrence Malick est un grand cinéaste et ses prises de vues laissent la bouche ouverte, soit d’admiration, soit parce qu’on baille. Ce film d’une heure trente sera également distribué plus tard dans l’année dans une version Imax de 40 minutes commentée par Brad Pitt.

C’est un aimant à stars

Malick est comme Woody Allen en moins rigolo : les stars se battent pour tourner avec le réalisateur septuagénaire : Brad Pitt, Cate Blanchett mais aussi Ryan Gossling ou Rooney Mara sont à afficher au tableau de chasse de Terrence Malick. Certains ressortent un peu déroutés par l’expérience comme Ben Aflleck, tout étonné d’être traité commeun élément de décor dans A la Merveille (2012). Il a eu plus de chance qu’Amanda Peet et Michael Sheen, coupés au montage. « Terry m’a révélé des choses sur moi-même comme sur mon métier », nous a avoué Jessica Chastain à Cannes en 2011. Quoi ? Elle ne parviendra pas à nous le dire…

Il entretient le mystère

Comme Stanley Kubrick, Terrence Malick ne se montre que très rarement et il ne parle pas à la presse. « C’est parce qu’il préfère se concentrer sur son art, pas parce qu’il est asocial », insiste Nicolas Gonda. Le réalisateur laisse le spectateur en tête-à-tête avec ses films pour mettre le turbo sur sa carrière. Il a signé quatre longs-métrages entre 1998 et 2005 puis cinq autres depuis 2011 ! Le prochain Song to Song sortira le 12 juillet prochain.