VIDEO. Le réalisateur Wes Anderson suscite la polémique sur internet

POLEMIQUE Le cinéaste a dévoilé l'affiche de son dernier film…

20 Minutes avec agences

— 

Le réalisateur Wes Anderson au 10e Festival du Film de Rome
Le réalisateur Wes Anderson au 10e Festival du Film de Rome — WENN

Wes Anderson a mis Scarlett Johansson et Tilda Swinton dans une position délicate. L’année dernière, les deux comédiennes avaient été critiquées pour avoir accepté des rôles qui étaient a priori destinés à des comédiennes asiatiques.

Ghost in the Shell pour l’une, et Doctor Strange pour l’autre, étaient, de fait, restés au travers de la gorge de certains. Et ce sont les mêmes qui ont pointé du doigt l’affiche très japonisante de l’affiche de Isle of Dogs, le prochain film animé de Wes Anderson, qui s’inspire directement du travail du réalisateur Akira Kurosawa.

>> A lire aussi : Festival de Cannes: Kidman partout, Netflix par-là, Haneke pardi... Sachez ce qui vous attend

Prévu pour l’année prochaine, le film a déjà dévoilé son affiche avec les noms de chacun des comédiens en japonais.

Cette simple idée graphique a poussé certains internautes à déterrer les cadavres. « Sérieux, elles veulent vraiment être asiatiques », a lancé l’un d’eux sur Twitter.

Hollywood plus blanc que blanc

Depuis l’année dernière, Hollywood subit le feu des internautes et des communautés qui reprochent à l’industrie de laver plus blanc que blanc. Au moment des Oscars 2016, c’est la campagne #OscarSoWhite qui avait secoué le petit monde du cinéma américain en mettant en avant l’absence de comédiens de couleur dans les listes de nommés.

Alors que la cérémonie a montré cette année qu’elle était à l’écoute des critiques, c’est donc un autre scandale qui frappe aujourd’hui l’industrie cinématographique.

Le « White Washing », qui sévit effectivement dans une majorité de productions, pousse des comédiens blancs à incarner des personnages normalement issus de cultures et ethnies différentes. L’Histoire se souviendra longtemps du Gods of Egypt d’Alex Proyas, qui permettait de découvrir une distribution presque exclusivement caucasienne pour incarner des personnages égyptiens. Récemment, c’est à Matt Damon qu’on reprochait sa présence dans un film racontant une histoire typiquement chinoise avec La Grande Muraille.

Si dans chacun des cas, les responsables s’étaient justifiés ou excusés, visiblement, la douleur ressentie par certains reste encore très vive, puisque l’affiche de The Isle of Dogs n’a pas grand-chose à voir avec la problématique soulevée par le « White Washing ».