Muet dans «Cessez-le-feu», Grégory Gadebois laisse ses partenaires sans voix

DRAME Le comédien incarne un vétéran de la Première Guerre mondiale rendu muet par sa vie dans les tranchées dans «Cessez le feu». Céline Salette, sa partenaire, et Emmanuel Courcol, son réalisateur, saluent une performance hors du commun...

Caroline Vié

— 

Grégory Gadebois dans Cessez-le-feu d'Emmanuel Courcol
Grégory Gadebois dans Cessez-le-feu d'Emmanuel Courcol — Alberto Bocosgil /Le Pacte

Il ne parle plus mais il n’a pas besoin de paroles pour voler la vedette à ses partenaires. Dans Cessez-le-feu d' Emmanuel Courcol. Grégory Gadebois apporte une puissance étonnante à un personnage de vétéran de la Première guerre mondiale devenu muet après les combats. Son frère ( Romain Duris) essaye de le faire causer tandis qu’une enseignante ( Céline Sallette) lui apprend le langage des signes.

« Chacun considère son handicap de façon différente, explique Céline Salette à 20 Minutes. Le personnage de Romain le refuse catégoriquement tandis que le mien veut lui apprendre comment vivre avec. » L’homme blessé trouve aussi de la tendresse auprès d’une veuve de guerre prête à l’épouser ( Julie-Marie Parmentier).

JOUR 8 • #EmmanuelCourcol réalisateur de #CessezLeFeu est à l'#ArrasFilm !

A post shared by Arras Film Festival (@arrasfilm) on

Des émotions silencieuses

« Il est l’image de la vie en panne, du trauma empêtré dans le silence et dans l’épaisseur de ce corps qui le protège et l’encombre », précise Emmanuel Courcol. Privé de sa voix, Grégory Gadebois fait passer tous ses sentiments dans son regard à la fois profond et enfantin. Sa relation avec sa fiancée offre des moments d’émotions d’une extrême délicatesse. « Grégory sait jouer du contraste entre son physique imposant et la douceur de ses expressions », insiste Céline Salette.

Ses sourires craquants comme son immense détresse de soldat sévèrement traumatisé sont l’un des moteurs d’un récit centré sur les dommages collatéraux d’un conflit brutal. Immobile face à un Romain Duris plein de vie, il dégage quelque chose d’attendrissant et de menaçant. Son personnage au charme prégnant et discret lève le voile sur les dégâts causés par toutes les guerres, qu’elles soient d’hier ou d’aujourd’hui.