Dans «Bienvenue au Gondwana», l'humoriste Mamane ne se moque-t-il que de l'Afrique?

COMEDIE Dans «Bienvenue au Gondwana», l'humoriste Mamane se moque de la vie politique en Afrique mais pas uniquement...

Caroline Vié

— 

Digbeu Cravate, Michel Gohou et Antoine Gouy dans Bienvenue au Gondwana de Mamane
Digbeu Cravate, Michel Gohou et Antoine Gouy dans Bienvenue au Gondwana de Mamane — MANDARIN PRODUCTION - WILD BUNCH - GONDWANA-CITY PRODUCTIONS

Mamane, chroniqueur sur RFI et humoriste fort talentueux, passe pour la première fois derrière la caméra pour Bienvenue au Gondwana, réjouissante comédie sur un jeune Français idéaliste ( Antoine Gouy) chargé d’observer les élections présidentielles dans un pays d’Afrique fictif où le Président Fondateur règne depuis (presque) toujours. « Le manque de vision, la corruption, le népotisme des dirigeants n’est pas réservé uniquement à l’Afrique. On est au Gondwana partout ! », confie le réalisateur à 20 Minutes.

Le cabinet noir du Gondwana

« Les vrais politiciens vont infiniment plus loin que ceux que je décris dans mon film, mais je ne m’en plains pas. Quand tout va bien dans le monde, les humoristes sont embêtés. » Mamane a de quoi faire pour décrire la prise de conscience de son héros idéaliste découvrant un monde délirant où seuls le pouvoir et le profit sont importants. « Mon histoire n’est pas pessimiste, précise-t-il. Les jeunes ont envie de faire bouger les choses comme on l’a vu avec le mouvement Nuit Debout en France. L’espoir vient de ce ras-le-bol. »

Il y a de quoi faire au Gondwana où le seul black de la délégation française est régulièrement refoulé parce que personne ne le prend au sérieux et où les opposants pensent davantage à obtenir des avantages personnels qu’à leurs électeurs. «Je suis le cabinet noir du Gondwana : je dénonce ce qui s’y passe parce que je suis africain moi-même, plaisante Mamane. Mais on peut aussi s’amuser à reconnaître des pratiques bien françaises.» L’élu homme d’affaires (Antoine Duléry) qui profite du voyage pour essayer de vendre les asperges de sa région aux Africains est l’un des personnages les plus drôles de cette farce bien menée.

Le côté lumineux de la Françafrique

«Mon film est une coproduction française. Je dis toujours un peu comme une boutade qu’il constitue le côté lumineux de la Françafrique». Mamane a tenu à ce que son film sorte pendant la campagne électorale française mais avoue avoir été dépassé par cette dernière. « Les vrais politiques vont encore plus loin que ceux que j’ai inventés !, s’amuse-t-il. Donald Trump pourrait être un président gondwanais. » Son humour bon enfant invite à la réflexion avec une générosité et une intelligence qu’on ne trouve pas dans toutes les comédies françaises. Il envisage déjà une suite où deux gardes du corps hilarants incarnés par Digbeu Cravate et Michel Gohou découvrent Paris.