« Power Rangers - le film » donne une nouvelle jeunesse aux superhéros complices

AVENTURES Cette nouvelle version des «Powers Rangers» modernise les héros aux costumes colorés et leurs aventures...

Caroline Vié

— 

Becky G, Dacre Montgomery, Ludi Lin, Naomi Scott, RJ Cyler dans Power Rangers de Dean Israelite
Becky G, Dacre Montgomery, Ludi Lin, Naomi Scott, RJ Cyler dans Power Rangers de Dean Israelite — Metropolitan

Powers Rangers, le film marque leur retour sur grand écran. Dean Israelite (Projet Almanac, 2015) les renvoie combattre dans ce film où il évoque la genèse de ce groupe d’adolescents justiciers aux costumes colorés. Dacre Montgomery, RJ Cyler, Naomi Scott, Ludi Lin et Becky G inaugurent cette nouvelle franchise auprès de talents confirmés comme Elizabeth Banks en méchante redoutable au costume sexy et Bryan Cranston en mentor autoritaire.

>> A lire aussi : Preview BD: «Power Rangers» détonne en comics en attendant le film

« J’ai découvert les Power Ranger quand j’étais gamin avec la série télévisée créée par Haim Saban dans les années 1990, raconte le réalisateur à 20 Minutes. J’ai tout de suite accroché parce que je pouvais m’identifier à ces gamins. » Le spectateur découvre comment ces lycéens mal dans leur peau vont devenir des guerriers capables de mettre en échec une redoutable sorcière.

Dans le cœur des ados

« Notre première préoccupation a été d’ancrer cette nouvelle version dans les problématiques des jeunes d’aujourd’hui, insiste Dean Israelite. Le harcèlement scolaire, la délinquance voire le questionnement sur l’identité sexuelle. » L’une des futures Power Rangers est ouvertement lesbienne. « Nous sommes très fiers de ce choix », martèle Israelite qui a tenu à ce que les ados soient des personnages plus complexes que dans les précédens opus.

Des costumes modernisés

Les célèbres tenues des Power Rangers, entre pyjamas et costumes d’insectes, ont été modernisés pour l’occasion. « Nous avons décidé qu’elles seraient à la fois organiques et technologiques, explique Dean Israelite. Elles épousent les corps des héros comme une seconde peau. » Les adolescents, qui peinent d’abord à s’entendre, doivent apprendre l’esprit d’équipe afin de mériter cet équipement exceptionnel qui leur permettra de combattre Goldar, gigantesque monstre doré.

Toujours plus d'action

Dean Israélite n'a pas lésiné sur les moyens pour les scène d'action du film. «Si la série avait un côté comique,  notre choix a été différent. Les héros risquent vraiment leur vie pour sauver leur ville.» La scène finale, qui confonte les méchants aux Power Rangers à bord d'un robot surdimensionné, a été fort difficile à régler. «C'était comme un puzzle entre le décor naturel, les prises de vues en studio et les effets spéciaux», déclare le réalisateur. Ce travail l'a pourtant amusé au point qu'il songe déjà à donner une suite à ces aventures musclées.