«A bras ouverts»: Qu'est-ce que les Roms ont fait au Bon Dieu ?

COMEDIE « A bras ouverts » reprend la recette de « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? », le précédent film de Philippe de Chauveron, en essayant de faire rire cette fois au détriment des Roms…

Caroline Vié

— 

Christian Clavier et Ary Abittan dans A bras ouverts de Philippe de Chauveron
Christian Clavier et Ary Abittan dans A bras ouverts de Philippe de Chauveron — SND

A bras ouverts de Philippe de Chauveron avec Christian Clavier connaîtra-t-il le même succès populaire que leur précédentQu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? La recette en tout cas se veut la même, même si le pitch a changé. Cette fois, Clavier campe un intellectuel de gauche dont l’idéologie généreuse est mise à rude épreuve lorsqu’il invite une famille de Roms chez lui. De là à penser « racisme »…

>> A lire aussi : Cinq raisons de dire «non merci» à «Sivouplééé !», le nouveau film de Christian Clavier

Si cette comédie précédemment baptisée Sivouplééé ! est bien partie pour créer la polémique, l’équipe a pris ses précautions pour être inattaquable. Le titre a changé sous l’impulsion de Sorin Mihal, membre de la communauté Rom de Roumanie qui a servi de conseiller technique sur le film. « Sorin m’a fait remarquer que ça pouvait être maladroit ou mal interprété, explique le réalisateur. Comme il s’agit d’un homme qui a beaucoup d’humour, je l’ai écouté. »

Qu’est-ce qui fait que c’est attendu ?

Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? a attiré plus de  12 millions de spectateurs dans les salles françaises puis a cartonné à la télé. Le film se riait des mariages mixtes en égratignant de nombreuses communautés d’origines et de confessions diverses et se concluait par une blague prétendant que si le couple de cathos coincés avait eu une autre fille, elle aurait épousé un Rom, comble de la disgrâce.

A bras ouvert est centré sur cette communauté en reprenant la recette consistant à jouer sur des clichés pour s’en moquer. La production parie que les spectateurs qui se sont gondolés au film précédent auront envie de s’y précipiter.

Qu’est ce qui s’y passe ?

Un écrivain de gauche commet la bourde de s’engager à recevoir des Roms nécessiteux chez lui et son épouse fan d’art contemporain (Elsa Zylbertstein). Ils voient débarquer chez eux la famille Rom (avec Ari Abittan en papa autoritaire) dont le mode de vie est peu compatible avec le leur : ces braves gens mangent des hérissons, promènent des cochons en laisse, ont une hygiène corporelle déficiente et se révèlent des profiteurs tandis que le fils de bonne famille court le guilledou avec la fille des nouveaux arrivants pourtant supposée conserver sa virginité.

Qu’est-ce qui est drôle ?

Alors là, c’est une question de point de vue. D’après Philippe de Chauveron, Sorin Mihal était plié de rigolade : « Ça l’a fait beaucoup rire et il a surtout vu qu’il n’y avait aucune malveillance dans notre propos », insiste le réalisateur. Reste maintenant à savoir si les spectateurs iront se jeter dans ses « bras ouverts » avec autant d’enthousiasme que dans ceux du Bon Dieu.

Vous allez le voir au cinéma? Ça vous choque, ça vous fait rire, donnez-nous votre avis dans les commentaires ci-dessous …