«Gangsterdam»: Le «viol cool» dans un film pour ados, la blague de trop?

POLEMIQUE La nouvelle comédie française «Gangsterdam» contient plusieurs scènes et répliques qui semblent banaliser le viol... 

Claire Barrois

— 

L'affiche du film «Gangsterdam» joue sur les clichés.
L'affiche du film «Gangsterdam» joue sur les clichés. — Fil Gangsterdam

« Je te parlais du viol cool. Pas du viol triste où ça chiale, ça crie, ça porte plainte… », explique Durex (Côme Levin) à son pote Ruben (Kev Adams) alors qu’ils débarquent chez la femme de leur ennemi. Gangsterdam, film destiné aux ados, sorti le 29 mars au cinéma, joue sur les clichés, quitte à déraper. Les vannes parfois (très) lourdes sur les femmes et les homosexuels (sans compter les juifs, les Arabes…) s’accumulent. Mais difficile pour tout le monde de voir de l’humour dans cette phrase sur le viol « cool », malgré le fait que son producteur, Alain Attal, la trouve « super drôle parce que Durex est cintré ».

Un viol n’est jamais « cool »

« Un viol "cool" n’existe pas ! C’est un crime, prévient Emmanuelle Piet, présidente du Collectif féministe contre le viol. Une pénétration commise contre son gré. La menace, la contrainte et la violence n’ont rien de cool. Si on imagine un viol cool, ça s’appelle une relation sexuelle consentie, ce n’est donc pas un viol. »

Derrière la blague, la culture du viol

Oui, vous pouvez trouver que c’est une blague et en rire. Mais ici le débat va plus loin. « Cette phrase est tellement cliché que ça véhicule la culture du viol au premier degré. Le réalisateur Romain Levy est drôle d’habitude, j’imagine qu’il a cru l’être là, avance Marlène Schiappa, auteure d’Où sont les violeurs ?. Faire du no limit pour trentenaires, pourquoi pas, mais ça ne passe pas comme du second degré. D’autant plus qu’un film avec Kev Adams attire les enfants d’une dizaine d’années. »

Un terme qui minimise le traumatisme

« Ce genre de phrases relève d’une culture où on pense qu’on l’avait bien cherché, que ça plaît aux femmes de se faire traiter comme des objets, estime Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole d’Osez le féminisme. Cela crée une mode où l’agression fait partie du domaine du désirable. » Et de signaler qu'« il n’y a pas de demi-agression : en dehors du viol "type" qui décrit un agresseur inconnu, dans une ruelle sombre, avec des cris, des larmes, de la violence physique, un viol n’est pas plus acceptable. »