«Sage femme»: Deneuve et Frot, les deux Catherine font la paire

COMEDIE Martin Provost a écrit et réalisé son film « Sage femme » pour deux Catherine: Deneuve et Frot... Deux actrices qui n'ont pas du tout abordé leur rôle de la même façon...

Caroline Vié

— 

Catherine Deneuve et Catherine Frot dans Sage femme de Martin Provost
Catherine Deneuve et Catherine Frot dans Sage femme de Martin Provost — Memento Films

Martin Provost s’est offert un duo de luxe pour Sage femme, comédie grave, tendre et farfelue. Catherine Deneuve, en bourgeoise atteinte d’une maladie incurable, fait souffler un vent de folie bienvenu dans la vie de la trop coincée Catherine Frot, accoucheuse mal dans sa peau qui tombe sous le charme d' Olivier Gourmet. « J’ai écrit pour elles, déclare le réalisateur de Séraphine (2008) et Violette (2013). Le film serait tombé à l’eau si elles avaient dit non. »

Martin Provost s’est souvenu de la sage-femme qui lui a sauvé la vie en lui donnant son sang au moment de sa naissance pour imaginer ce scénario mettant en scène les deux grandes actrices. « Un matin, j’ai rêvé que Catherine Frot me mettait au monde, explique-t-il. J’ai pensé à ce titre et je me suis mis au travail ». Pour 20 Minutes, le cinéaste a accepté de comparer les deux Catherine.

La rencontre

Catherine Frot a le même agent que Martin Provost. Elle savait donc qu’il écrivait pour elle. « Et elle a dit oui dès la lecture du scénario », raconte le cinéaste. Catherine Deneuve, en revanche, a demandé à le rencontrer. « Elle m’a posé plein de questions, dit-il, notamment sur le Liban, dont est originaire ma belle-famille. J’étais dans mes petits souliers, et après m’avoir bien observé, elle m’a finalement dit qu’elle allait faire le film… Ce contact préalable lui était nécessaire. »

Le lâcher-prise

Aucune des deux actrices n’a eu besoin de répétitions. « J’ai tout de suite compris que ces grandes dames préféraient que je saisisse l’instant », explique Martin Provost. Il a cependant encouragé Catherine Frot à se lâcher. « Elle était beaucoup plus dans le contrôle que sa partenaire. Elle ne s’est abandonnée que progressivement. J’ai été très fier quand elle m’a crié « Je ne sais plus ce que je fais » d’un air ravi. En fait, leurs rapports ont évolué de la même façon que ceux de leurs personnages. »

La folie et la sensualité

Martin Provost a poussé ses actrices à fond. « J’ai eu l’impression que Catherine Deneuve éprouvait un plaisir ludique à jouer cette dame fofolle et condamnée. J’en oubliais son âge et m’étonnais de l’entendre parfois dire qu’elle était fatiguée. » Catherine Frot a laissé libre cours à sa féminité. « Je lui disais tout le temps que je voulais voir son corps car c’est une très belle femme dont la sensualité apparaît en même temps que celle de l’héroïne qu’elle incarne. » Et sinon, le point commun de ces deux actrices ? Le talent !