Dany Boon: «Depuis "Raid Dingue", quand je fais une bêtise, je dis que je fais une "polerie"»

INTERVIEW Alice Pol et Dany Boon, complices à la ville comme à l'écran, ont répondu aux questions de « 20Minutes » pour la sortie de « Raid Dingue »…

Caroline Vié

— 

Alice Pol et Dany Boon dans Raid dingue de Dany Boon
Alice Pol et Dany Boon dans Raid dingue de Dany Boon — Pathé distribution

Dany Boon, vu récemment dans Radin ! de Fred Cavayé qui sort chez TF1 vidéo, et Alice Pol sont aussi complices dans la vie que sur Raid dingue où ils forment un délirant couple de comédie. Elle pétille de malice en fliquette maladroite qui veut se faire engager au Raid, où lui joue les machos en instructeur misogyne.

>> A lire aussi : Dany Boon a aussi fait rire avec la radinerie

Sabine Azéma en future belle-mère autoritaire et Michel Blanc en papa ministre leur donnent la réplique avec délice pour cette fantaisie riche en scènes d’action où ils courent après un bandit aux multiples déguisements campé par Yvan Attal jusqu’à investir le décor magique de Vaux le Vicomte. Le duo s’est confié à 20 Minutes.

Vous êtes prêts à entrer au Raid maintenant que vous êtes entraînés ?

Alice Pol : Bizarrement, on ne me l’a pas proposé à la fin du film. Pourtant, une fois que le tournage a été commencé, je me suis sentie comme dédoublée. J’ai fait un maximum de cascades moi-même ce qui n’était pas gagné au départ.

Dany Boon : Il vaut mieux que le Raid n’ait pas engagé Alice : elle est si maladroite qu’elle ferait de sacrés dégâts. Maintenant, quand je fais une bêtise, je dis que je fais une « polerie ». J’ai écrit le film pour elle.

Quelle est la bêtise la plus embarrassante que vous ayez jamais faite ?

A.P. : Le premier jour du tournage de Supercondriaque, j’ai renversé mon thé dans la sacoche de Dany, là où se trouvaient toutes ses notes. Il était furieux… d’autant que je ne me suis dénoncée que le dernier jour, quand il a su que j’avais bien travaillé.

D.B. : Quand j’avais 18 ans, j’ai acheté un beau costume beige pour un mariage où j’espérais trouver une petite amie. En sortant de la voiture, je me suis étalé dans la boue. Ma tenue était devenue bicolore. Si j’ai attiré l’attention, je n’ai séduit personne.

Vous êtes aussi macho que votre personnage, Dany ?

A.P. : Dany n’est pas misogyne : il a donné le premier rôle de cette comédie d’aventures à une femme ! Ce qu’il décrit dans le film correspond à une réalité mais, si la police est machiste, alors le cinéma l’est tout autant… sauf Dany Boon !

D.B. : Raid dingue montre une femme résolue à réussir même si elle n’a pas tous les atouts en mains. Je ne trouve pas ça sexiste. Elle n’est pas la dernière à taper sur les méchants, ni à prendre des risques.

L’entraînement a été dur ?

A.P. : Très ! Surtout au début. Il a duré six mois et les premières séances étaient vraiment pénibles. Je me souviens qu’on m’a demandé d’escalader un mur à mains nues et que je ne suis montée que d’un mètre à peine. La honte…

D.B. : Moi, j’y suis arrivé ! Mais je faisais du sport avant. J’ai quand même pas mal bossé pour obtenir la musculation qu’on me voit dans le film. Ça m’agace quand on me demande si elle est due aux effets spéciaux.

Vous êtes toujours aussi musclés maintenant que le film est fini ?

D.B. : J’ai arrêté la musculation mais je garde la forme en pratiquant notamment le vélo. J’aime bien les sensations que le sport procure. C’est presque comme une drogue une fois qu’on en a pris l’habitude.

A.P. : Je n’en suis jamais parvenue à ce stade d’euphorie. Dès que le tournage a été terminé, j’ai arrêté l’entraînement et je me suis affalée sur mon canapé avec une tablette de chocolat.