Et si «Il a déjà tes yeux» devenait le nouveau «Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu?»

COMEDIE Les premiers chiffres d'«Il a déjà tes yeux», comédie de Lucien Jean-Baptiste laissent présager un beau succès...

Caroline Vié

— 

Lucien Jean-Baptiste, réalisateur et acteur d'Il a déjà tes yeux
Lucien Jean-Baptiste, réalisateur et acteur d'Il a déjà tes yeux — UGC distribution

En 2014, Qu’est-ce qu’on fait au bon Dieu ? de Philippe de Chauveron a attiré plus de 12 millions de personnes dans les salles. Il a déjà tes yeux de Lucien Jean-Baptiste, sorti ce mercredi, utilise des ingrédients similaires et semble bien parti sur la route du succès en prenant la tête du box-office devant Un sac de billes de Christian Duguay et Live by Night de Ben Affleck.

L’acteur/réalisateur de La première étoile (2009) et de Dieu Merci ! (2016) met son humour tendre au service d’une belle idée et d’un couple de cinéma qu’il forme avec la magnifique Aïssa Maïga. Ils y incarnent des parents noirs qui adoptent un bébé blond aux yeux bleus et qui doivent composer avec un entourage pas toujours bienveillant.

Il s’agit « plus d'un film sur le vivre ensemble qu’un film sur l’adoption », précise Lucien Jean-Baptiste qui n’épargne personne dans la dénonciation du racisme et des idées reçues. Des grands-parents engoncés dans leurs traditions africaines à une assistante sociale raciste (formidable Zabou Breitman), tout le monde en prend pour son matricule avec un enthousiasme revigorant, y compris un éternel ado campé par Vincent Elbaz.

« Beaucoup de comédies françaises fonctionnent sur le processus d’identification du spectateur et sur le fait qu’il aime rire des autres mais aussi de lui-même », explique Frédéric Cassoly, directeur du Festival du film de comédie de l’Alpe d’Huez qui se déroule en ce moment. Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? a conquis le public en jouant sur les clichés que chacun pouvait avoir sur différentes communautés. Moins féroce mais pourtant drôle, Il a déjà tes yeux est de la même veine pour pointer du doigt les mesquineries de ses personnages mais aussi leur grandeur.