Diego Luna: «Mon unique regret est de savoir qu’il n’y aura pas de suite à "Rogue One"»

INTERVIEW Diego Luna se confie sur sa passion pour «Star Wars» et son rôle dans «Rogue One» qui sort le 14 décembre...

De notre envoyée spéciale à San Francisco, Caroline Vié

— 

Diego Luna dans Rogue One - A Star Wars Story de Gareth Edwards
Diego Luna dans Rogue One - A Star Wars Story de Gareth Edwards — Jonathan Olley/LucasFilm

Il en rêvait et Gareth Edwards a exaucé son souhait. Diego Luna est entré dans la saga Star Wars par la grande porte. Il est l’un des héros de Rogue One - A Star Wars Story qui sort en salles le 14 décembre.

>> A lire aussi : Quand George Lucas a appelé Gareth Edwards pour lui «dire qu'il avait aimé "Rogue One"»

L’acteur mexicain y incarne Cassian Andor, commandant rebelle qui prête main-forte à Jyn Erso (Felicity Jones), héroïne déterminée à mettre l’ Empire en échec. C’est dans les locaux de LucasFilm, à San Francisco, que le comédien trentenaire a reçu la presse pour évoquer son rôle et sa passion pour la saga Star Wars, avant de se précipiter dans la boutique du studio pour y faire ses achats de Noël.

>> A lire aussi : «Rogue One - A Star Wars Story» s'émancipe de la saga pour un résultat bluffant

Comment vous-êtes vous initié à « Star Wars » ?

J’ai découvert la trilogie qui commence par Un nouvel espoir (1977) quand j’étais enfant, au Mexique. Mes copains et moi nous imaginions dans la peau des héros. J’avais un faible pour Han Solo et sa façon désinvolte de se comporter. Il représentait tout ce que j’aurais aimé être quand j’avais 12 ans.

Trouvez-vous que votre personnage ressemble à Han Solo ?

Il y a des similitudes dans le côté « mauvais garçon au grand cœur » mais je ne suis pas aussi séduisant qu’Harrison Ford. Le film de Gareth Edwards est très différent de ceux des années 1970-1980. Les temps ont changé et Rogue One est un reflet du monde actuel, plus violent que celui que décrivait George Lucas dans Un nouvel espoir.

Le tournage a-t-il été rude ?

Extrêmement ! Gareth Edwards tenait à nous mettre dans la peau de vrais guerriers et ne nous a pas ménagés. Il voulait ce que nous atteignions un niveau d’épuisement et de hargne digne des soldats que nous incarnons et que la solidarité qui en découle soit perceptible par le spectateur.

Vous avez donc concrétisé un rêve d’enfant en participant à la saga ?

Absolument et j’essaye de le faire partager à mon fils de 11 ans et à ma fille de 8 ans qui ont fini par se laisser convaincre de voir les films chez des amis alors qu’ils refusaient que nous les regardions ensemble. J’espère qu’ils seront fiers quand je leur offrirai les figurines de mon personnage. Je m'amuse souvent à leur dire « Je suis ton père » en imitant la voix de Dark Vador.

Et maintenant ?

Mon unique regret est de savoir qu’il n’y aura pas de suite à Rogue One… C’est l’une expériences les plus fortes que j’ai jamais connues dans ma vie professionnelle. Je la chérirai toujours, même si je n'ai pas pu manier de sabre laser car mon personnage n'est pas un Jedi.

Diego Luna reçoit 20 Minutes chez LucasFilm le 04 décembre 2016
Diego Luna reçoit 20 Minutes chez LucasFilm le 04 décembre 2016 - Caroline Vié