Gareth Edwards: «George Lucas m'a appelé pour me dire qu'il avait aimé "Rogue One"»

SCIENCE-FICTION Le créateur de la saga «Star Wars» est le premier fan de «Rogue One - A Star Wars Story» qui sort le 14 décembre prochain...

Caroline Vié

— 

Diego Luna, Garet Edwards et Kathleen Kennedy à la conférence de presse
Diego Luna, Garet Edwards et Kathleen Kennedy à la conférence de presse — Caroline Vié

De notre envoyée spéciale à San Francisco,

C’est le coup de fil dont tout réalisateur rêve pour peu qu’il soit invité à diriger un film de la saga Star Wars. En pleine promotion de Rogue One : A Star Wars Story ce dimanche, George Lucas a appelé Gareth Edwards pour le féliciter. On sait que le créateur de Star Wars est avare en compliments et cet adoubement prend donc une valeur toute particulière, à quelques jours de la sortie du film en France, le 14 décembre.

« Je ne veux pas mettre de mots dans sa bouche, a précisé Gareth Edwards, connu pour avoir notamment signé Godzilla(2014). Mais je peux mourir heureux maintenant car c’est un peu comme si Dieu m’avait donné son approbation. » Les trente minutes du film projetées à la presse au Skywalker Ranch ont confirmé la bonne impression du maître des lieux.

Plus qu’une rébellion, une révolution !

Ce n’est pas spoiler que d’avouer que le jeune réalisateur bouleverse quelque peu la saga dans cet épisode situé entre le III et le IV avec ses rebelles bien déterminés à mettre l’Empire et Dark Vador en échec…

>> A lire aussi : Les femmes en Force dans «Rogue One - A Star Wars Story»

« On a choisi de créer un film indépendant du reste, qui a un début, un milieu et une fin. J’ai eu la liberté d’innover sans être tenu par des règles trop strictes », explique Edwards qui signe une épopée guerrière aux scènes de combats filmées caméra à l’épaule.


«Star Wars IV : Un nouvel espoir commençait par un homme en noir au milieu de stormtroopers en blanc ; Rogue One débute par un guerrier en blanc au mileu de stormtroopers noirs », s’amuse Gareth Edwards. Il s’éloigne cependant du space opera original pour réaliser une œuvre "où l’on retrouve des éléments de l’univers de George Lucas, non pas tels qu’ils étaient vraiment mais comme on s’en souvient". Ce qui a été montré à la presse semble indiquer qu’il a réussi son coup.