Brad Bird: «Sans "Le Géant de fer", Tom Cruise ne m'aurait pas appelé pour "Mission: Impossible"»

DVD « Le géant de fer », premier film du réalisateur de « Ratatouille » et « Mission : Impossible - Protocole Fantôme » sort en vidéo et c’est une merveille…

Caroline Vié

— 

Le géant de fer de Brad Bird
Le géant de fer de Brad Bird — Warner Bros

Sorti de façon confidentielle en 1999, Le géant de fer, premier film de Brad Bird, revient en vidéo chez Warner (édition combo Blu-Ray, 25 €) en version restaurée bourrée de suppléments. Le réalisateur des Indestructibles(2004) et de Ratatouille (2007) faisait ses premières armes avec ce film d’animation pacifiste qui se déroule dans l’Amérique de 1957.

L’amitié contrariée entre un petit garçon et un immense robot s’inspire d’un livre de Ted Hughes et démontre déjà le génie de Bird pour entremêler les genres et provoquer des émotions fortes. Il n’est pas interdit de rire aux éclats ni de verser une larme devant ce grand moment de cinéma.

Mal distribué à sa sortie

« J’ai été touché par le message du livre qui va bien au-delà de la période de la guerre froide où il a été écrit, a confié Brad Bird à 20 Minutes. Ce récit dénonce les dangers de la peur et de la paranoïa qui sont des thèmes intemporels. » Réalisé en Scope et merveilleusement animé, le film mêle des sujets sérieux comme la violence et l’autodéfense à la poésie teintée d’humour d’une rencontre entre deux êtres très différents.

« Que le film ne rencontre pas le public à sa sortie m’a beaucoup attristé, avoue Brad Bird. La Warner ne savait pas trop comment le sortir à cause de son côté sombre. » L’ancien animateur de chez Disney était pourtant ravi de pouvoir aborder des thèmes sérieux de façon accessible à toute la famille, et cela bien avant que des œuvres comme Là-haut de Pete Docter (2009) ne s’engouffre dans la brèche.

Tom Cruise, impressionné

Le réalisateur s’est inspiré des dessins de l’artiste Norman Rockwell pour créer le héros et s’est offert un personnage en images de synthèse pour donner vie au géant doublé en anglais par Vin Diesel. « Ce mélange de techniques est devenu courant par la suite mais, à la fin des années 1990, c’était aussi compliqué que novateur », raconte-t-il.

Le film n’a pas pris une ride tant la poésie qui s’en dégage reste exceptionnelle. « Sans Le géant de fer, Tom Cruise ne m’aurait pas appelé pour réaliser Mission : Impossible - Protocole Fantôme, se souvient Bird. C’est ce film qui lui a donné envie de s’adresser à moi car il a été séduit par ma mise en scène. » Il ne reste plus qu’à vous ruer sur ce petit bijou pour être aussi impressionné que l’acteur américain. Et d’en découvrir tous les secrets grâce aux bonus du DVD ou du Blu-Ray ainsi que dans le superbe artbook L’art du géant de fer de Ramin Zahed (éditions Akileos, 35 €).