«Papa ou maman 2»: «Nous prenons un vrai plaisir à nous asticoter», avouent Marina Foïs et Laurent Lafitte

INTERVIEW Marina Foïs et Laurent Lafitte recommencent à se bouffer le nez dans « Papa ou maman 2 », encore plus drôle que le premier volet…

Propos recueillis par Caroline Vié

— 

Judith El Zein, Marina Foïs et Laurent Lafitte dans Papa ou maman 2 de Martin Bourboulon
Judith El Zein, Marina Foïs et Laurent Lafitte dans Papa ou maman 2 de Martin Bourboulon — Pathé Distribution

Ils se sont déchirés dans Papa ou Maman (2015) !  Marina Foïs et Laurent Lafitte remettent le couvert avec le réalisateur Martin Bourboulon pour une suite encore plus vacharde. Leurs personnages, Florence et Vincent, ont refait leur vie, ce qui ne va pas sans causer des dommages collatéraux surtout du côté de leurs enfants.

Les deux comédiens se sont rencontrés il y a dix-huit ans au cours Florent et jouent de leur complicité pour composer un duo mordant épaulés par Sara Giraudeau, Nicole Garcia et Jonathan Coen. Marina Foïs et Laurent Lafitte ont accepté de parler de leur relation (à la ville et dans le film) à 20 Minutes.

Vos rapports professionnels sont-ils proches de ceux de vos personnages ?

Laurent Lafitte : On fonctionne un peu comme ça dans la vie. Nous avons tendance à nous « hystériser » l’un l’autre, bien que notre relation ne se place pas du tout sur le même registre que celle de ce vieux couple. Nous sommes amis.

Marina Foïs : Nous prenons un vrai plaisir à nous asticoter car nous pratiquons le même sens de l’humour. J’estime que Laurent est plus fulgurant que moi, mais je suis toujours prête à surenchérir dans les vannes. Je tuerais ma mère pour avoir le dernier mot face à Laurent !

Martin Bourboulon n’avait pas trop de mal à vous tenir ?

L.L. : Nous sommes de bons petits soldats obéissants ! Nous nous arrêtions quand il nous le demandait. Nous ne prenons pas les choses à la légère car il ne nous laissait pas la bride sur le cou. On se contentait de lui faire des propositions.

M.F. : C’est pourtant vrai qu’il nous est difficile de ne pas dire des horreurs. C’est presque de l’art contemporain de pousser les choses aussi loin. Peut-être qu’avant notre décès Laurent et moi parviendrons à nous choquer l’un l’autre mais ce n’est pas encore arrivé.

Pourquoi ces personnages fonctionnent-ils aussi bien ?

M.F. : La complicité que j’entretiens avec Laurent passe à l’écran car la réalité nourrit la fiction. Nous avons beaucoup travaillé ensemble pour réincarner ce couple fonctionnant de façon totalement pathologique. Tout le monde peut se retrouver dans ce duo pavé de bonnes intentions qui foire tout ce qu’il tente !

L.L. : Florence et Vincent vivent une situation banale telle que le divorce de façon totalement frappadingue. Ils veulent tout faire au mieux et ils accumulent les catastrophes ! Surtout pour leurs enfants qui n’en peuvent plus.

Vos partenaires ne se sentaient-ils pas exclus face à vous ?

M.F. : Je me suis posé la question. On les a accueillis à bras ouverts dans nos têtes mais il est vrai que Laurent et moi nous connaissons si bien et que nous sommes si familiers avec nos personnages que ça n’a peut-être pas été évident.

Laurent Lafitte et Marina Foïs dans Papa ou maman 2 de Martin Bourboulon
Laurent Lafitte et Marina Foïs dans Papa ou maman 2 de Martin Bourboulon - Pathé

 

L.L. : Il doit être difficile de s’entendre dire par ses partenaires de jeu qu’ils vont réécrire une scène pendant la soirée et qu’on aura la version définitive le lendemain… J’espère qu’ils n’ont pas trouvé cela trop inconfortable et qu’ils sont tous heureux du résultat.

Vous verriez-vous reprendre ces rôles ?

L.L. : On peut fantasmer sur une espèce de rendez-vous qui continuerait à parler de ce couple à différentes étapes clefs de sa vie, mais il faut que ça reste des films à part entière.

M.F. : Reste à savoir si on peut décliner infiniment leurs dérapages car ils ne sont intéressants que quand ils dérapent gravement. Il est indispensable que nous y trouvions une forme de défi.