«Les Animaux fantastiques»: J.K. Rowling «n'a pas changé», se réjouit David Yates

FANTASTIQUE Le réalisateur et le producteur des « Animaux fantastiques » ont été bluffés par l’imagination de la romancière…

Caroline Vié

— 

Eddie Redmayne dans «Les Animaux fantastiques», de David Yates.
Eddie Redmayne dans «Les Animaux fantastiques», de David Yates. — Warner Bros

David Heyman et David Yates connaissent Harry Potter presque aussi bien que sa créatrice J.K. Rowling. Le premier a produit toute la saga et le second a réalisé les quatre derniers films. Ils retrouvent la romancière pour Les animaux fantastiques, son premier scénario écrit directement pour le cinéma avec Eddie Redmayne dans le rôle principal.

>> A lire aussi : « Les Animaux fantastiques » : Pourquoi Eddie Redmayne « caresse le rhinocéros derrière les genoux »

« Même si Jo n’a pas pris la grosse tête, nous étions un peu inquiets avant de lire le script car une grande écrivaine n’est pas forcément une scénariste brillante, avoue David Yates à 20 Minutes. Mais elle nous a épatés. » Toute l’équipe appelle la romancière « Jo » avec un respect mêlé d’admiration. « Elle n’a pas changé depuis le premier volet de la saga », précise David Heyman.

Une imagination débordante

Le scénario, ingénieux, envoie un « magizoologiste » spécialisé en créatures étranges vivre des aventures magiques dans le New York du milieu des années 1920. « Jo a une imagination débordante. Elle ne peut s’empêcher d’écrire et de continuer à explorer le monde qu’elle a créé », explique David Yates. La créatrice leur avait fourni des notes si copieuses que les deux hommes en restent encore abasourdis.

Elle s’en donne à cœur joie avec cette histoire bourrée de bestioles craquantes, de héros intrépides et de méchants d’anthologie parmi lesquels on reconnaît un Colin Farrell inquiétant à souhait. « Le principal point commun des Animaux fantastiques avec la saga Harry Potter est la chaleur que Jo communique à ses personnages. Plus encore que la magie, c’est son humanisme qui explique le succès de ses œuvres », insiste David Heyman.

Perfectionniste jusqu’au bout de la baguette

Et le fait que J.K. Rowling n’arrête pas de travailler. « Elle n’hésitait pas à nous faire reprendre des choses quand un élément la chiffonnait, se souvient Heyman. Elle trouvait, par exemple, que nous avions donné trop de pouvoirs à Dragonneau et nous a fait corriger certaines actions de son personnage car elle ne voulait pas qu’il soit aussi puissant qu’un Voldemort. » Ce héros fascinant et son bestiaire sont des réussites donnant envie d’en voir encore davantage.

A la fois forte et humble, la romancière accepte toujours de réécrire quand on le lui demande. « Il faut bien comprendre qu’elle ne fait pas cela pour l’argent, dont elle n’a plus besoin, mais parce qu’elle déborde d’idées. Elle a une énergie incroyable, insiste David Heyman. Mais il faut parfois la canaliser pour ne pas être submergé, tant elle est attentive au moindre détail ».

Une suite foisonnante

A telle enseigne que J.K. Rowling, qui ne devait écrire que ce premier volet, en a maintenant quatre autres sous le coude. « Et il resterait sans doute de quoi écrire plusieurs romans ! » s’amuse David Yates qui se déclare prêt à remettre le couvert pour la suite où il a confirmé la présence de Johnny Depp.

Il n’a cependant pas souhaité parler de l’intrigue. « On veut garder une part de mystère, sourit-il. Et puis, Jo ne nous a pas encore tout dit. » Tout juste sait-on qu’Eddie Redmayne sera toujours au générique dans son rôle de magicien passionné par les bestioles étranges. Mais le reste permet d’entretenir le suspense jusqu’au prochain film qui sortira en 2018.