«Maman a tort»: Emilie Dequenne partage sa vie de bureau avec sa fille

CHRONIQUE Un stage dans l’entreprise de sa mère apprend beaucoup de choses à l'ado idéaliste de «Maman a tort» de Marc Fitoussi…

Caroline Vié

— 

Jeanne Jestin et Emilie Dequenne dans Maman a tort de Marc Fitoussi
Jeanne Jestin et Emilie Dequenne dans Maman a tort de Marc Fitoussi — SND

C’est un vrai choc que va connaître une adolescente en stage de Troisième dans la compagnie d’assurances où travaille sa mère. Comédie grinçante, Maman a tort de Marc Fitoussi confronte une gamine idéaliste à une rude réalité.

Après Copacabana (2010), le réalisateur de La Ritournelle (2014) revient sur les rapports mère-fille avec une belle acuité. Il montre ce que découvre la jeune (et épatante) Jeanne Jestin aux côtés de la toujours excellente Emilie Dequenne. «Je voulais aborder le sujet de l'adolescence en la confrontant à  un monde d'adultes, en l'occurence celui de l'entreprise», explique le réalisateur.

 Les employés ne sont pas tous gentils

La vie professionnelle n’est pas toujours rose. Les collègues peuvent même se montrer carrément méchants voire pousser de grosses gueulantes traumatisantes.

Emilie Dequenne dans Mman a tort de Marc Fitoussi
Emilie Dequenne dans Mman a tort de Marc Fitoussi - SND

On ne fait pas toujours ce qu’on veut

Finis les caprices et les exigences. Que cela vous plaise ou pas, il faut se plier aux ordres de ses supérieurs.

On doit s’asseoir sur ses idéaux

La justice et l’honnêteté ne sont pas toujours gagnantes, loin de là ! En entreprise, on apprend à faire des concessions et à prendre soin de ses fesses quand on veut survivre au milieu des requins.

Maman fait ce qu’elle peut

La leçon la plus rude et la plus formatrice que reçoit la collégienne est de découvrir que sa maman est une femme comme les autres, qui s’arrange au mieux au gré des circonstances.

Jeanne Jestin dans Maman a tort de Marc Fitoussi
Jeanne Jestin dans Maman a tort de Marc Fitoussi - SND

Quoiqu'il arrive on reste unies

La gamine sort grandie de cette expérience car elle ne voit plus sa mère comme un être idéalisé mais comme une personne faillible qui la protège et l’aime à la folie. Elle aura appris sur la vie au travail comme sur l’amour inconditionnel que lui voue sa génitrice.