VIDEO. «Le Secret de la chambre noire»: Les fantômes japonais de Kiyoshi Kurosawa s'invitent en banlieue parisienne

FANTASTIQUE Le réalisateur japonais de Cure et Kairo a tourné pour la première fois hors de son pays...

Mathias Cena

— 

«Le Secret de la chambre noire», de Kiyoshi Kurosawa.
«Le Secret de la chambre noire», de Kiyoshi Kurosawa. — TIFF

Les esprits nippons en banlieue parisienne. Pour son premier tournage hors du Japon, Kiyoshi Kurosawa a posé sa caméra en Ile-de-France, où il a réalisé Le Secret de la chambre noire, présenté au Festival international du film de Tokyo, et qui sortira en France début 2017.

>> A lire aussi : Le grand écart du cinéma japonais

C’est certes un dépaysement pour le réalisateur, entouré d’une équipe et d’un casting francophone mené par Tahar Rahim (Un Prophète), Constance Rousseau et le Belge Olivier Gourmet, figure récurrente des films des frères Dardenne. Mais le maître, qui a reçu deux fois le prix Un certain regard à Cannes pour Tokyo Sonata (2008) et Vers l’autre rive (2015), avait dans sa malle un scénario écrit par ses soins, où s’invitent les fantômes japonais qui lui sont chers.

La filmographie variée du réalisateur de 61 ans, qui a fait ses débuts dans le pink eiga – film érotique japonais – et s’est illustré dans le tournage de séries B, tout en devenant l’un des étendards du J-Horror, le film d’épouvante nippon, est en effet largement hantée par les fantômes, comme dans ses chefs-d’œuvre Cure (1997) et Kairo (2001). Ces esprits, tout droit issus des kaidan, les histoires de fantômes japonais, sont les âmes de personnes mortes restées sur Terre pour se venger. 

«Je vieillis et à mon âge, on voit beaucoup de personnes mourir autour de soi. Je me prends parfois à me demander ce qu’ils penseraient de telle chose ou de tel film», dit le cinéaste pour expliquer la présence persistante de ces figures dans ses films.

« Apparition » japonaise et fantôme occidental

Le Secret de la chambre noire est l’histoire d’un photographe (Olivier Gourmet) qui réalise des daguerréotypes, un procédé mis au point au milieu du XIXe siècle qui consiste à fixer une image sur une plaque de cuivre enduite d’une couche d’argent. Cette technique permettait de fixer un sujet de manière durable, mais a vite été abandonnée à cause de son coût et des temps d’exposition qu’elle exigeait, obligeant le modèle à rester immobile pendant de longues minutes.

Hanté par la mort de sa femme et obsédé par la reproduction d’anciens daguerréotypes, Olivier impose d’interminables séances de pose à sa fille (Constance Rousseau), qui tombe amoureuse de son assistant (Tahar Rahim) avec qui elle décide de fuir.

« Un lieu idéal pour un film d’horreur »

Cette histoire, que Kurosawa dit avoir en tête depuis une vingtaine d’années, n’a pas été écrite spécifiquement pour la France. Elle met pourtant en scène des « apparitions » issues aussi bien des kaidan que de la tradition occidentale.

La délocalisation dans le Val-de-Marne a aussi permis au réalisateur de placer l’action dans une grande et vénérable bâtisse avec ses escaliers qui craquent, ses portes qui s’ouvrent toutes seules et ses chambres secrètes : « On ne trouve pas de bâtiments de cette complexité au Japon, mais cela en fait un lieu idéal pour un film d’horreur », se réjouit le réalisateur. Dans ses longs plans fixes qui incluent presque toujours une porte, un rideau qui bouge ou un escalier reflété dans un coin de miroir, le spectateur se prend à guetter, en permanence, une apparition.