George A. Romero s’en prend à Brad Pitt et « World War Z »

CINEMA Le réalisateur accuse l’acteur d’avoir tué les films de zombies…

20 Minutes avec agences

— 

George A. Romero
George A. Romero — WENN

World War Z avec Brad Pitt a engrangé plus de 200 millions de dollars au box-office américain, mais il n’a pas convaincu le maître des films de zombies :  George A. Romero. Le réalisateur du grand classique de 1970, La Nuit des morts-vivants, va même plus loin : il estime que Brad Pitt avec World War Z – et d’autres – a tué le genre ‘’zombie’’ et ce à cause de l’argent, en partie.

« Les Morts sont partout de nos jours. Je pense que Brad Pitt a tué le genre. The Walking Dead et Brad Pitt ont tout tué. Le remake de Zombie [Dawn of The Dead] a rapporté des sous. Beaucoup de sous je crois, explique le cinéaste à The Hollywood Reporter. Et puis Zombieland a rapporté de l’argent, et tout d’un coup, Brad Pitt arrive et dépense 400 millions de dollars pour faire World War Z. »

 

Une question de message

 

George A. Romero connaît bien Max Brooks, l’auteur du livre World War Z dont a été adapté le film de Brad Pitt. Il estime qu’il y a un écart important entre l’écrit et l’écran.

>> A lire aussi : «The Walking Dead», «Outcast»: Qui est Robert Kirkman, le nouveau maître de l'horreur à la télé?

« Max Brooks est un ami et j’ai trouvé que le film n’était pas du tout représentatif de ce qu’était le livre, de ce qu’étaient les zombies, je ne sais pas, comme ces zombies ressemblant à des fourmis et grimpant sur un mur en Israël. Une armée de fourmis. Je veux dire autant faire Quand la Marabunta gronde », ajoute le réalisateur.

Comme George A. Romero le disait déjà dans Indiewire récemment, il estime qu’il lui est désormais impossible de proposer des petits films indépendants avec un message. « J’attends de voir le genre zombie mourir. Mes films, j’ai essayé de mettre un message dedans. Ce n’est pas pour le gore, ce n’est pas pour le côté horreur qu’il y a dedans. Pour moi tout tourne autour du message », détaille-t-il.