«Le ciel attendra»: Comment deux jeunes filles peuvent-elles se laisser séduire par Daesh?

DRAME Marie-Castille Mention-Schaar, réalisatrice des « Héritiers » décrit l’embrigadement de deux ados piégées par les rabatteurs de Daesh…

Caroline Vié

— 

Noémie Merlant et Sandrine Bonnaire dans Le ciel attendra de Marie-Castille Mention-Schaar
Noémie Merlant et Sandrine Bonnaire dans Le ciel attendra de Marie-Castille Mention-Schaar — Guy Ferrandis/UGC distribution

Les filles aussi peuvent se radicaliser et partir pour la Syrie… Dans Le ciel attendra, Marie-Castille Mention-Schaar décrit cette réalité en s’entourant de Sandrine Bonnaire, Clotilde Courau et Zinedine Soualem en parents dépassés.

Epaulée par Dounia Bouzar, fondatrice du Centre de prévention des dérives sectaires liées à l’Islam, la réalisatrice des Héritiers (2014) signe une fiction glaçante et passionnante sur des demoiselles-tout-le-monde qui se laissent embrigader sur internet.

>> A lire aussi : «Les Héritiers», une success story dans une classe de banlieue

« On lit beaucoup de chiffres et d’analyses, explique la cinéaste. Je souhaitais remettre de l’humain dans tout cela. Essayer de montrer les comportements de ces filles, car ce n’est qu’en les comprenant qu’on peut lutter pour les sauver », explique la cinéaste à 20 Minutes.

Deux jeunes filles sages incarnées par les épatantes Noémie Merlant et Naomi Amarger, se laissent séduire par les rabatteurs de Daesh sur les réseaux sociaux au grand dam de leurs parents qui ne savent plus par quel bout les prendre. Le film montre bien comment cette emprise les incite à se détacher de leur famille au point d’envisager de quitter la France.

« On pourrait se rassurer en pensant que ce genre de choses n’arrive que dans les cités ou chez certains Musulmans, mais ce n’est pas vrai, affirme la réalisatrice. Tous les milieux peuvent être touchés. Et toutes les jeunes victimes se ressemblent : elles se mettent à croire en un idéal et ne découvrent la vérité que quand il est trop tard. Rares sont celles qui s’en sortent… »

Noémie Merlant dans Le ciel attendra de Marie-Castille Mention- Schaar
Noémie Merlant dans Le ciel attendra de Marie-Castille Mention- Schaar - Guy Ferrandis/UGC distribution

Marie-Castille Mention-Schaar et ses jeunes comédiennes ont rencontré des « repenties » tandis que Donia Bouzar a accepté d’apparaître dans son propre rôle lors de scènes de réunions où les parents se confient sur la conduite de leurs ados. « Elle m’a fait confiance et a fini par oublier la caméra », précise la cinéaste.

Une grande tendresse

Les groupes de parole où les adultes expriment leur désarroi, mélange de honte et désespoir, sont tout aussi poignants que leurs réactions quand ils tentent de communiquer avec leurs filles qui les considèrent comme des ennemis. « Ils s’en veulent de ne pas avoir vu comment leur enfant évoluait. »

Noémie Merlant dans Le ciel attendra de Marie-Castille Mention-Schaar
Noémie Merlant dans Le ciel attendra de Marie-Castille Mention-Schaar - Guy Ferrandis/UGC distribution

Instructif sans être didactique, Le ciel attendra est un film important. Il donne à réfléchir après avoir été pris aux tripes, en abordant de front un sujet délicat. On ne saurait trop recommander d’aller le découvrir.