«Blair Witch»: Une suite existe déjà, et elle n'est pas si nulle

CINEMA Alors que « Blair Witch » sort mercredi au cinéma, réhabilitons « Le Livre des ombres », première suite du « Project Blair Witch », ou du moins essayons…

Vincent Julé

— 

Ambiance à l'avant-première de «Blair Witch» au festival du film de Toronto
Ambiance à l'avant-première de «Blair Witch» au festival du film de Toronto — Arthur Mola/AP/SIPA

En salle mercredi, Blair Witch est - indice dans le titre - la suite du Projet Blair Witch. Non pas un remake ou un reboot, mais bien une suite directe au film original de 1999. Dix-sept ans après la disparition de sa sœur Heather dans la forêt de Black Hills, James lance une expédition avec ses amis, suite à la découverte d’une étrange vidéo sur Internet. Il en est sûr, c’est elle sur l’image, elle est vivante. A un moment de leurs recherches, leurs guides improvisés expliquent que personne ne s’aventure plus dans les bois depuis longtemps. Pourtant, des visites touristiques étaient bien organisées, non ? C’est l’histoire de Blair Witch 2 : Le Livre des ombres, première suite officielle que le nouveau film prend bien soin d’ignorer, et que les spectateurs ont en majorité détesté ou oublié. Alors que…

>> «Conjuring 2»: Quand les spectateurs relous menacent le cinéma d'horreur en salle

« Peut-être que les gens ont été un peu trop durs avec moi »

« Nous avons pris la décision de considérer comme "canon" seules les œuvres impliquant les créateurs originaux, Edouardo Sanchez, Daniel Myrick, Greg Hale, explique le scénariste de Blair Witch, Simon Barrett, au site Cinemablend. Le livre des ombres ne l’est donc pas. » En effet, suite au succès phénoménal du Projet Blair Witch, le studio américain Artisan met immédiatement une suite en chantier, décide de se passer de l’équipe d’origine et embauche Joe Berlinger. Le réalisateur n’a plus du tout fait parler de lui, jusqu’à la sortie de Blair Witch vendredi dernier aux Etats-Unis et ses débuts décevants au box-office. « Blair Witch réalise un premier week-end bien pire que ma suite en 2000, a-t-il ainsi tweeté. Peut-être que les gens ont été un peu trop durs avec moi. »

Pas une « simple » suite

A sa sortie, Le livre des ombres est conspuée par les critiques et les fans, et accusée d’avoir tué la poule aux oeufs d’or. Le Projet Blair Witch ne deviendra jamais une franchise à succès à l’instar de Saw ou Paranormal Activity. Il faut dire qu’en choisissant Joe Berlinger, Artisan ne s’est pas facilité la tâche. Cet auteur de documentaires, et plus précisément de Paradise Lost sur trois ados satanistes accusés de meurtres ( l’affaire West Memphis Tree), ne compte pas livrer une « simple » suite pour sa première fiction.

>> A lire aussi : La saga gore «Saw» aura droit à son huitième épisode

Dans Le livre des ombres, le film Le Projet Blair Witch existe bel et bien et est devenu un phénomène. Un petit malin en a fait son filon et joue les guides sur les lieux du tournage. Mais l’une des excursions tourne au cauchemar, lorsque le groupe se réveille d’une nuit alcoolisée sans aucun souvenir. A l’opposé du dispositif (le fameux found footage) et de la peur (tout est suggéré) du premier, Blair Witch 2 se veut à la fois une expérience visuelle et sonore (la musique obsédante de Carter Burwell), une réflexion sur le pouvoir des images et la frontière entre réalité et fiction, sans oublier un miroir déformant tendu aux fans.

Aller loin dans le méta

Ca fait beaucoup, peut-être trop. Mais il essaie. « Sur le plan créatif, mon intention était d’aller loin dans le méta, de m’amuser avec l’idée même de suite », a récemment commenté Joe Berlinger. Le film met ainsi mal à l’aise, d’un côté par le jeu catastrophique des acteurs et le kitsch de certains effets, de l’autre par la perte de repères, l’ambiance lynchienne et l’état de stress dans lequel se trouve le spectateur. Et oui, c’est une bonne chose.

Mais le plus traumatisé reste le réalisateur lui-même. « Le studio a remonté mon film, inséré des scènes gore contre ma volonté, et je n’ai pas eu le courage de faire retirer mon nom du film, explique-t-il à Deadline. Je ne dis pas que mon cut aurait été forcément mieux accueilli, mais j’aurais défendu ma vision et sûrement moins souffert. » Dix-sept ans après, Blair Witch fait un comeback surprise dans le cinéma d’horreur, peut-être l’occasion de réhabiliter sa première suite.

Mots-clés :