Daniel Radcliffe: «Si je reprends le rôle d'Harry Potter à 40 ans, c'est que j'aurai foiré ma carrière»

FESTIVAL DE DEAUVILLE Le comédien britannique, honoré par le prix du «Nouvel Hollywood», a conquis les festivaliers par sa gentillesse…

De notre envoyée spéciale à Deauville, Caroline Vié

— 

Daniel Radcliffe dans Imperium de Daniel Ragussis
Daniel Radcliffe dans Imperium de Daniel Ragussis — Lionsgate

Peu d’acteurs ont autant fait l’unanimité que Daniel Radcliffe. « Gentil », « disponible », « simple », « souriant » : les fans, à qui il a accordé autographes et selfies avec une grande générosité, ne tarissaient pas d’éloges sur l’ancien Harry Potter, honoré par le prix du  Nouvel Hollywood

>> A lire aussi : Le Festival de Deauville se met au diapason de vos envies

Un acteur engagé

« Je ne veux pas décevoir les gens qui ont attendu longtemps pour me voir », explique-t-il à 20 Minutes après avoir été reçu par un public enthousiaste alors qu’il venait présenter Imperium de Daniel Ragussis, thriller où il campe une taupe infiltrée dans un groupe néonazi. « L’histoire m’a séduit car elle parle de terroristes qui ne sont pas affiliés à un groupe islamiste », précise le jeune homme qui avoue avoir peur de Donald Trump. « Je ne me voile pas la face en disant qu’il n’a aucune chance d’être élu. On pensait aussi que le Brexit était impossible et c’est passé quand même, » soupire-t-il.

Des personnages atypiques

L’acteur de 28 printemps semble multiplier les rôles atypiques avec le démon de Horns(Alexandre Aja, 2014), le veuf inconsolable de La dame en noir (James Watkins, 2012) ou l’assistant duDr Frankenstein (Paul McGuigan, 2015). « Harry Potter était déjà assez extrême, confie-t-il. Mais je ne cherche pas à m’en démarquer. Je veux juste ne jamais me répéter. » Le récent Swiss Army Man de Daniel Kwan et Daniel Scheinert témoigne de son goût pour les personnages hors du commun puisqu’il y incarne un cadavre aux réactions surprenantes. « Il y a des pets et de la masturbation dans ce film surréaliste et poétique, l’un de meilleurs et des plus émouvants que j’ai jamais tournés, » révèle-t-il.

Pas de retour dans le rôle d’Harry Potter

Daniel Radcliffe ne refuse jamais de parler d’Harry Potter qu’il garde dans son cœur, mais il n’est pas encore allé voir la pièce Harry Potter et l’enfant maudit qui joue à Londres à guichets fermés depuis quelques mois. « Je vais finir par me décider à la lire car il m’est impossible de me rendre incognito au théâtre à moins de me déguiser pour passer inaperçu. » L’intrigue met en scène un Harry quadragénaire et la Warner envisage des adaptations cinématographiques. « Je n’ai pas l’âge de reprendre le rôle pour ces films-là, reconnaît Radcliffe et quand je l’aurai atteint, j’espère que je serai passé à autre chose. Si je reprends le rôle d’Harry Potter à 40 ans, c’est que j’aurai foiré ma carrière. Ou alors que j’ai un retour de flamme comme Harrison Ford pour Star Wars »

>> A lire aussi : «Harry Potter et l'enfant maudit»: Comment appréhender la lecture du livre en anglais

Absent des réseaux sociaux

Chaleureux avec les fans et la presse, Daniel Radcliffe demeure très discret sur les réseaux sociaux. « Je n’ai rien contre mais je ne me sens pas obligé de partager mes journées avec mes fans, assène-t-il. Je souhaite plutôt continuer à me faire apprécier par la qualité de mon travail. » Il a hésité à créer un compte Twitter mais y a renoncé. « Je suis trop sanguin : s’il suffisait de pianoter sur mon portable pour réagir dès qu’un truc m’énerve, je passerai ma vie à me prendre la tête avec des tas de gens ! » Et d’avouer aussi, pensif. « Le jour où j’aurai des enfants, je voudrai les protéger alors je préfère ne pas mettre le doigt dans l’engrenage. » La sagesse incarnée, ce Daniel.