«Ben-Hur» trouve une nouvelle jeunesse en 3D relief

PEPLUM Cette nouvelle version de la fresque biblique sort en salles le 7 septembre 2016…

Caroline Vié

— 

Jack Huston dans Ben-Hur de Timur Bekmanbetov
Jack Huston dans Ben-Hur de Timur Bekmanbetov — Paramount Pictures

L’histoire de Ben-Hur est avant tout celle de deux frères, l’un Juif, l’autre dévoué aux Romains. Cette lutte fratricide est au centre d’une fresque aux nombreuses scènes d’action signée Timur Bekmambetov. Le réalisateur de Wanted (2008) revisite le classique du film biblique réalisé en 1959 par William Wyler pour faire revivre leur lutte fratricide… « Même si l’histoire se déroule il y a plus de deux mille ans, ces personnages, leurs émotions et leurs actes ne sont pas si éloignés de nous et ont une portée atemporelle et universelle » déclare le réalisateur. 20 Minutes détaille les éléments qui composent cette nouvelle mouture.

Deux frères incarnés par de nouvelles têtes

Jack Huston dans le rôle-titre et Toby Kebbell dans celui de son rival Messala se heurtent violemment dès la première séquence du film où ils rivalisent d’adresse à cheval. Leurs face-à-face de plus en plus rudes font monter la tension tandis que leurs loyautés deviennent de plus en plus contradictoires.

Quand la vie devient une galère

Ben-Hur, trahi par Messala, se retrouve galérien : une bonne occasion pour le cinéaste de montrer l’enfer que vivaient les prisonniers enchaînés à leurs bancs et constamment fouettés. Du ventre du bateau à un monde extérieur encore plus menaçant en cas d’attaque, le spectateur partage le calvaire des condamnés.

Amour quand tu nous tiens

Le héros est prêt à tout pour la belle Esther et son rival fait peser dans la balance sa passion pour la douce Tirzah. Tendresses familiale et amoureuse sont au centre de cette aventure masculine où l’on reconnaît aussi Morgan Freeman en cheik providentiel qui dissimule une profonde sagesse sous une apparence cupide.

N’arrête pas ton char, Ben-Hur !

Le morceau de choix est bien entendu la course de chars qui oppose les deux frères. Elle est rendue plus réaliste en 3D relief ! On s’y croirait vraiment quand les concurrents foncent à tombeau ouvert, l’un représentant l’arrogance de Rome et l’autre sa famille sacrifiée qu’il entend bien venger.

Les miracles sont au bout du chemin

Fresque biblique oblige, le Christ, incarné parRodrigo Santoro, est un personnage capital dans l’évolution du héros qui découvre des valeurs différentes à son contact. La scène de la crucifixion est l’un des morceaux de bravoure d’un film conçu pour être vu par toute la famille.