«S.O.S Fantômes»: Les chasseurs de spectres sont des femmes et elles ont de l'esprit

COMEDIE Quatre femmes déclarent la guerre aux fantômes dans cette comédie fantastique bon enfant…

Caroline Vié

— 

Kate McKinnon, Kristen Wiig, Leslie Jones, Melissa McCarthy dans S.O.S Fantômes de Paul Feig
Kate McKinnon, Kristen Wiig, Leslie Jones, Melissa McCarthy dans S.O.S Fantômes de Paul Feig — Sony Pictures

Ce n’est pas une suite, c’est un reboot ! S.O.S Fantômes de Paul Feig raconte l’histoire d’une nouvelle bande de chasseurs de spectres, qui sont en fait des… chasseuses. « Travailler avec des femmes très drôles est l’une de mes spécialités, rigole le réalisateur de Spy et de Mes meilleures amies. Il était donc naturel pour moi d’avoir des héroïnes à l’écran ! », confie-t-il à 20 Minutes. Le projet a pourtant mis du temps pour voir le jour.

Traumatisé par Internet

Melissa McCarthy, Leslie Jones, Kisten Wiig et Kate McKinnon ont donc endossé les proton-packs pour tenter de libérer New York de nouveaux démons. « J’ai souhaité réaliser une comédie fantastique familiale qui fait un peu peur, explique Feig. C’est ce qui me plaisait dans le premier volet où j’avoue avoir frissonné ! » Les drôles de dames tiennent leur rang dans cette version 2.0 qui a longtemps - et injustement - été victime d’une campagne de dénigrement sur Internet. « On a beau essayer de l’ignorer, c’est dur d’être en butte à ce type d’attaques pendant les deux ans de production d’un film », déclare Paul Feig. Son traumatisme a été tel que c’est lui qui a répondu en personne, et vertement, aux détracteurs et qui remet, sans qu’on lui pose la question, le sujet sur le tapis pendant l’entretien !

De l’ancien et du nouveau

Epaulées par Chris Hemsworth en réceptionniste pas vraiment futé, les héroïnes affrontent des monstres plus ou moins inquiétants tandis que le délicieux Bouftou refait une apparition, tout comme certains acteurs de la première série de films (Dan Aykroyd, Bill Murray et Sigourney Weaver). « C’était important de parsemer nos aventures de petits clins d’œil et de laisser les spectateurs les dénicher », s’amuse Paul Feig. Pour autant son film n’est pas tourné vers le passé. « Le public a évolué depuis les années 1980, il peut supporter de voir des fantômes plus effrayants, surtout depuis que des émissions télévisées et des films d’horreur ont remis les spectres à l’honneur. »

Etre ou ne pas être féministe

Une chose est certaine : les comédiennes de ce nouvel opus de S.O.S Fantômes ne manquent ni d’ardeur ni de courage. « Je n’aime pas dire que je suis féministe car pour moi, il est outrecuidant pour un homme de se positionner ainsi », déclare Paul Feig. Il est pourtant déterminé à faire évoluer les choses à Hollywood. « Voir qu’il y a tant de femmes tordantes dans notre industrie et qu’on ne les laisse pas s’exprimer librement me rend furieux ! », s’exclame-t-il. S.O.S Fantômes est un pas de géant dans ce sens et cela rend le film fort sympathique.