Alexandre Aja aura «peut-être envie de tuer Nicole Garcia» après le Champs-Elysées Film Festival

CINEMA Alexandre Aja et Nicole Garcia coprésident le jury du Champs-Elysées Film Festival, du 7 au 14 juin à Paris…

Caroline Vié

— 

Alexandre Aja sur le tournage de Piranha 3D
Alexandre Aja sur le tournage de Piranha 3D — Wild Bunch

Attention danger. Le jury du 5e Champs-Elysées Film Festival comporte deux présidents. Nicole Garcia, actrice et réalisatrice dont le récent Mal de pierres a été présenté à Cannes et Alexandre Aja, réalisateur de films d’horreur comme Piranha 3D (2010) ou La colline a des yeux (2006) risquent de se déchirer devant les jurés tant leur conception du 7e Art sont éloignées.

Plus proches qu’on ne croit

« En fait, je respecte beaucoup Nicole et j’adore ses films qui sont bien plus proches des miens qu’on pourrait le penser, précise Alexandre Aja. L’adversaire (2002), par exemple, est un véritable film de genre flirtant avec le fantastique ». On ne verra donc pas de giclées de sang au milieu des délibérations. « Nous venons de déjeuner ensemble et nous avons conscience de la chance que nous avons de découvrir des films américains qui ne sortiront sans doute pas en salles dans leur pays », précise le réalisateur que son amour du cinéma fantastique a poussé à s’expatrier aux Etats-Unis.

Des surpises au palmarès?

Face à une forte femme comme Nicole Garcia, Alexandra Aja ne sera pas du genre à se laisser intimider au moment des débats. « Je sais écouter, mais aussi faire valoir mes arguments quand quelque chose me tient à cœur : je suis un réalisateur et j’ai donc l’habitude de défendre mes idées. » Il se doute que le film d’horreur ne devrait pas abonder dans la sélection de huit longs-métrages indépendants qui leur seront proposés. « On est souvent plus dur pour ce qu’on fait soi-même parce qu’on a l’impression de maîtriser le sujet. C’est qui explique que les cinéastes récompensent rarement des films ressemblant aux leurs » plaisante-t-il.

La mort de Nicole Garcia

Pour autant, Alexandre Aja ne néglige pas sa carrière : il est en train de mettre la dernière main aux 9 vies de Louis Drax qui sortira à la rentrée et finit le scénario d’une adaptation duMontespan de Jean Teulé. De là à imaginer diriger sa coprésidente Nicole Garcia dans l’un de ses films, il n’y a qu’un pas que le cinéaste franchit malicieusement. «Je la verrais bien en héroïne hitchcockienne qu’on croit coupable jusqu’à ce qu’au twist final qui révélerait son innocence», plaisante-t-il. Quant à en faire une victime de film d’horreur, l’idée ne le séduit pas pour l’instant. «J’aurais peut-être envie de la tuer à la fin de nos délibérations», admet-il. Un conseil, Nicole, lisez bien le scénario si Alexandre Aja vous propose un rôle…