«La nouvelle vie de Paul Sneijder» ressemble à celle du vrai Thierry Lhermitte

COMEDIE Le comédien incarne Paul Sneijder, un homme qui change d'existence et un rôle qui lui ressemble...

Caroline Vié

— 

Thierry Lhermitte dans La nouvelle vie de Paul Sneidjer de Thomas Vincent
Thierry Lhermitte dans La nouvelle vie de Paul Sneidjer de Thomas Vincent — SND

Après avoir étincelé en Dominique de Villepin plus vrai que nature dans Quai d’Orsay (2013) de Bertrand Tavernier, Thierry Lhermitte révèle une facette encore plus sensible de son talent dans La nouvelle vie de Paul Sneijder de Thomas Vincent. « Thierry est arrivé à une période de sa carrière et de sa vie où il n’a plus rien à prouver, explique le réalisateur. Il est donc ouvert aux choses nouvelles. Comme son personnage, il ne veut plus entrer dans aucune case. »

Thierry Lhermitte en clown blanc

L’histoire d’un sexagénaire découvrant la liberté après un accident qui a coûté la vie à sa fille est librement inspirée d’un roman de Jean-Claude Dubois (éditions Points). Le comédien de 63 printemps s’est emparé du rôle avec délices. « Il a l’habitude du rythme de la comédie mais il acceptait de se laisser diriger, raconte le cinéaste, même quand je lui demandais des choses qui lui paraissaient étranges comme faire preuve de retenue. » Et sa performance est effectivement d’autant plus bouleversante qu’il se montre extrêmement sobre. « II est le clown blanc qui réagit à toutes sortes d’Auguste que lui envoie l’existence », explique Thomas Vincent.

Acteur extraordinaire et type ordinaire

Dans le film, le héros passe de la profession de cadre pas très heureux à celle de promeneur de chien bien dans ses baskets. « Comme lui, Thierry est un grand curieux qui s’intéresse à toutes sortes de sujets comme la médecine ou l’équitation. » Cette gourmandise pour la vie, Lhermitte la communique à son personnage au regard tendre et au sourire doux. « Je crois que ce qui différencie Thierry des autres acteurs est qu’il ne se réveille pas chaque matin en se disant qu’il est comédien. Il est resté un homme très simple qui aime profiter de chaque instant » insiste le cinéaste. Face àGéraldine Pailhas, épatante en épouse trop intéressée, son calme désabusé fait des merveilles.

Presque comme dans la vie

« Je crois que Thierry Lhermitte a été attiré par le rôle parce qu’il a compris tout de suite les motivations de cet outsider qui redécouvre le monde comme un enfant », déclare le réalisateur. Confronté à des interlocuteurs farfelus - fan des chiffres, gourou arriviste ou avocat bon vivant, le héros s’émerveille sans jamais se moquer à l’instar du spectateur qui devient rapidement son complice. « C’était un équilibre difficile à trouver, reconnaît Thomas Vincent mais les yeux de Thierry font passer cette joie dépourvue de malveillance. » On partage sa renaissance avec un réel plaisir.