«600 euros»: L'art et la manière de réaliser un (bon) film tout seul

DRAME Adnane Tragha signe seul et en toute indépendance « 600 euros », film fort sur des laissés-pour-compte de la société…

Caroline Vié

— 

Adnane Tragha assure la production, la technique et la direction d'acteurs du film 600 euros
Adnane Tragha assure la production, la technique et la direction d'acteurs du film 600 euros — Les films qui causent

C’est en toute indépendance qu’Adnane Tragha a signé 600 euros, une nouvelle incursion dans le domaine du cinéma guérilla. Cette vue en coup de notre société par les yeux de différents personnages plus ou moins engagés politiquement est un coup de poing. La particularité de ce film intense ?  Adnane Tragha était seul pour le réaliser ! Mais comment a-t-il fait ?

Il a fait avec les moyens du bord

Tourné entre 2012 en 2015 sur des périodes de six semaines, 600 euros n’a bénéficié d’aucune aide ou subvention. Le réalisateur a commencé à filmer en 2012 pour pouvoir profiter de l’ambiance des élections présidentielles. Il était notamment à la Bastille le 6 mai afin de filmer son acteur Adlène Chennine dans la foule juste après les résultats.

L'acteur Adlène Chennine dans 600 euros
L'acteur Adlène Chennine dans 600 euros - Les films qui causent

Il s’est passé d’équipe technique

Ne pouvant rétribuer ses techniciens, le cinéaste (qui s’est fait les dents sur des courts et autres web-séries) a tout tourné tout seul, tenant la caméra tout en dirigeant ses comédiens non professionnels. Ainsi, il ne dépendait que d’eux pour choisir quand filmer, se laissant le temps d’écrire le scénario au fur et à mesure de son inspiration.

Il a minimisé les coûts

Bien que Tragha se soit fait aider pour la postproduction et la distribution, 600 euros n’a finalement coûté que 20.000 euros alors qu’un film français à petit budget s’estime à deux millions ! Epaulé par le chanteur Ridan qui lui a écrit sa bande-son, Adnane Tragha a prouvé qu’on pouvait réaliser un (très bon) long-métrage en dehors du système.