«The Neon Demon»: Elle Fanning se sacrifie sur l'autel de la mode pour Nicolas Winding Refn

RENCONTRE La jeune comédienne est la révélation de cette fable cruelle sur la dictature de la beauté...

Caroline Vié

— 

Elle Fanning dans The Neon Demon de Nicolas Winding Refn
Elle Fanning dans The Neon Demon de Nicolas Winding Refn — The Jokers

Cette ravissante actrice a l’innocence de l’ange et la beauté du diable.Elle Fanning, 18 ans depuis le 9 avril dernier, apporte un souffle de fraîcheur vénéneuse dans The Neon Demon de Nicolas Winding Refn.

Elle y incarne une jeune femme pure tentant de s’imposer dans le milieu de la mode à Hollywood. « Sous son apparente douceur, elle est beaucoup plus complexe que la princesse que je jouais dans Maléfique », explique l’actrice à 20 Minutes.

>> A lire aussi : Festival de Cannes: Elle Fanning a sacrifié son bal de fin d'année pour venir sur la Croisette

Une jeune fille libre

Sœur cadette de Dakota Fanning, Elle est une enfant de la balle. « Dakota et moi nous soutenons mais nous restons très indépendantes. Si elle vient me rendre parfois visite sur les plateaux, je ne lui fais par lire les scénarios qu’on me propose », précise Elle Fanning qui semble avoir un caractère bien trempé. Celui qui l’a poussée à dire immédiatement oui pour The Neon Demon. « Ce film à l’humour macabre est proche de ce que j’aime voir comme spectatrice, avoue-t-elle. Cela surprend souvent les gens qui imaginent que j’ai des goûts plus conventionnels parce que je suis jeune. » Sa plongée dans le monde de NWR démontre l’étendue de son registre.

Actrice ou mannequin

Ce rôle de provinciale perdue dans un monde de prédateurs met l’accent sur la plastique d’Elle Fanning mais pas que. « Si être actrice est compétitif, je n’ai jamais connu de casting aussi sauvage que ceux de la mode où on n’adresse parfois même pas la parole aux filles considérées comme des morceaux de viande. »

Elle n’avait que seize ans quand elle a tourné The Neon Demon ce qui fait qu’elle n’avait pas le droit de se dénuder. « Nicolas a été très attentif à ce que je me sente à l’aise. Notre travail a été collaboratif, nous avons retravaillé le personnage ensemble et tourné l’histoire de façon chronologique. »

Une fable qui met en garde

The Neon Demon réjouit les yeux et les oreilles (avec la magnifique partition de Cliff Martinez, compositeur de Drive) mais le film n’est pas creux. « C’est une fable qui met en garde contre la dictature de la beauté et les rêves qu’elle génère, martèle Elle Fanning. J’aimerais que ce film pousse les jeunes filles à ce se concentrer davantage sur leur créativité que sur leur apparence. » Ce conseil, Elle Fanning semble l’appliquer à sa propre carrière puisqu’elle enchaîne les projets ambitieux comme les nouveaux films de Sofia Coppola et John Cameron Mitchell.