Festival de Cannes: Le jury de George Miller veut «garder confidentielle» la teneur de ses décisions

PALMARES Le jury de George Miller ne fait pas l'unanimité et la conférence de presse qui a suivi n'a pas levé une certaine perplexité...

Stéphane Leblanc

— 

Le jury monte une dernière fois les marches le 22 mai 2016
Le jury monte une dernière fois les marches le 22 mai 2016 — G.COLLET / SIPA

Aux questions nombreuses des journalistes incrédules devant son palmarès, le jury n’a pas apporté les éléments de réponses attendues. Donald Sutherland est monté au créneau pour résumer le film de Ken Loach en un mot : « excellent » avant d’avouer que le personnage interprété par Jaclyn Jose dans Ma’Rosa lui avait « fendu le cœur ». 

>> A lire aussi : Le détail de la soirée du palmarès

>> A lire aussi : George Miller donne la palme à un film qui ne lui ressemble pas

Laszlo Nemes a rendu hommage à Xavier Dolan et son film Juste la fin du mode qu’il a qualifié de « touchant », avec « des ambitions remarquables » : « Nous avons récompensé un réalisateur qui suit une voie personnelle, hors des sentiers battus », a-t-il ajouté. Et George Miller s’est systématiquement raccroché au règlement pour justifier les deux prix attribués au film Le Client d'Asghar Farhadi sans entrer dans le fond des motivations du jury.

« Huit prix à remettre »

Sur l’absence au palmarès de Toni Erdmann, le grand favori des festivaliers, on sait par des indiscrétions que le président du jury n’a pas aimé le film de Maren Ade. « Il y avait 21 films en compétition et seulement huit prix à remettre, a justifié George Miller. Il est donc logique qu’un certain nombre de films ne soient pas au palmarès. Mais nous avons travaillé avec vigueur et rigueur, a-t-il assuré. Nous avons débattu beaucoup plus longtemps que la plupart des jurys, sans écouter les critiques sur ces films car nous voulions nous forger nos idées par nous-mêmes. Le fait d’être au jury impose une certaine confidentialité ; nous n’en dirons donc pas plus. Sachez seulement que nous avons essayé de faire de notre mieux, après des heures de discussion… »

Grosse fatigue

On comprend, en coin, que ces discussions n’ont pas dû être de tout repos. De Valeria Golino à Vanessa Paradis, tous parlent de « grande écoute, de longues discussions approfondies » et de « grande fatigue » à la fin. Mads Mikkelsen ajoute : « On a tous travaillé honnêtement, ce n’était pas sanglant, mais passionné malgré tout. » Et Donald Sutherland de conclure : « Chacun d’entre nous est fier de tous les membres du jury ». Tant mieux pour eux.