Festival de Cannes : Les premiers prix vont à «Toni Erdmann», «Juste la fin du monde» et «Paterson»

RECOMPENSES « Toni Erdmann » remporte le prix Fipresci de la presse internationale, « Juste la fin du monde » celui du jury oecuménique et « Paterson » la Palme Dog...

Stéphane Leblanc

— 

Xavier Dolan et l'équipe de Juste la fin du monde le 19 mai à Cannes
Xavier Dolan et l'équipe de Juste la fin du monde le 19 mai à Cannes — Thibault Camus/AP/SIPA

En attendant la remise de la palme d’or dimanche soir, les prix commencent à tomber sur la Croisette. Et les premiers films en compétition à avoir été récompensés sont :

- Toni Erdmann, qui remporte le prix Fipresci de la presse internationale. Le film de la réalisatrice allemande Maren Ade nous avait fortement impressionné lors de sa présentation samedi 14 mai et nous le considérons toujours comme l’un des grands favoris pour la palme d’or.

>> A lire aussi : Pourquoi la palme d'or n'échappera pas à «Toni Erdmann»

Maren Ade n’était pas présente pour recevoir le prix, réservant sans doute son retour sur la Croisette à demain…

- Juste la fin du monde, qui remporte le prix du jury œcuménique. Xavier Dolan a fait part de « sa grande surprise » et a remercié chaque membre du jury d’une paire de bises.

- American Honey d’Andrea Arnold remporte la première mention de ce prix œcuménique, que son actrice principale Sasha Lane est venue le recevoir. Et Moi, Daniel Blake de Ken Loach la seconde mention.

- Paterson a reçu par ailleurs ce jeudi la Palme dog, remise au  bouledogue anglais Nellie pour son rôle de chien destructeur dans le film de Jim Jarmusch. On a découvert à cette occasion que cette chienne si expressive était hélas décédée il y a quelques mois

Nellie, le chien du film Paterson
Nellie, le chien du film Paterson - Mary Cybulski

-Le Cannes soundtrack award, récompensant la meilleure musique originale dans un film de la compétition, est revenu à Cliff Martinez pour The Neon Demon de Nicolas Winding Refn. Bruno Dumont remporte le Prix de la meilleure musique synchronisée (existante, donc), pour Ma Loute.

D’autres films, appartenant à d’autres sections, ont également été primés

-La Queer Palm est revenu aux Vies de Thérèses de Sébastien Lifshitz, qui fait suite aux Invisibleset à Bambi, sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs.

- Caini (Dogs) du cinéaste roumain Bogdan Mirica a reçu le prix Fipresci Un certain regard de la presse internationale.

Tout comme Grave (Raw)de la réalisatrice française Julia Ducournau qui a reçu le prix Fipresci de la Semaine de la critique.

The Happiest Day in the Life of Olli Mäki du réalisateur finlandais Juho Kuos­ma­nen décroche le Grand prix Un certain regard. Le prix du jury revient à Harmo­nium du Japonais Kôji Fukada, le prix de la mise en scène à Captain Fantas­tic de l’Américain Matt Ross, le prix du scéna­rio aux sœurs françaises Delphine et Muriel Coulin pour Voir du pays et le prix spécial à  La Tortue rouge du Néerlandais Michael Dudok de Wit.

- Mimosas d’Olivier Laxe a reçu le Grand Prix Nespresso de la Semaine de la critique. Le Prix Révélation France 4

 revient à Albüm du réalisateur turc Mehmet Can Mertoğlu. La SACD



 a remis son prix à Davy Chou et Claire Maugendre pour Diamond Island sur la jeunesse cambodgienne. Et Shavua ve yom (One week and a day) de l’Israëlien Asaph Polonsky a reçu le Prix d’aide à la diffusion de la Fondation Gan.

L’Effet aquatique, film posthume de Solveig Anspach, a remporté le Prix SACD de la Quinzaine des Réalisateurs, Divines de Houda Benyamina une mention, Mercenaires le Label Europa Cinéma, Wolf and sheep le Art Cinema Award.

-L’Œil d’or, enfin, qui récompense le meilleur documentaire, toute section confondue, a récompensé le film brésilien Cinema Novo d’Eryk Rocha, tandis qu’une mention spéciale était attribuée au film indien The Cinema Travelers de Shirley Abraham & Amit Madheshiya ; deux films de la sélection Cannes Classics.

Rappelons qu’un peu moins d’une centaine de films étaient sélectionnés dans les différentes sections du festival.

>> A lire aussi : 69 raisons de suivre la 69e édition du Festival de Cannes