Festival de Cannes: Pourquoi on aime beaucoup «Loving» de Jeff Nichols

UN PEU BEAUCOUP A LA FOLIE Le réalisateur de «Midnight Special et «Mud» raconte une belle histoire d'amour mixte dans l'Amérique des années 1950...

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié
— 
Joel Edgerton et Ruth Nega dans Loving de Jeff Nichols
Joel Edgerton et Ruth Nega dans Loving de Jeff Nichols — Ben Rothstein © Big Beach, LLC/Mars Films

Jeff Nichols plonge dans l’Amérique de la fin des années 1950 pour y raconter l’histoire vraie de Richard et Mildred Loving, un couple mixte qui a risqué la prison pour pouvoir se marier. Comme dans ses films précédents, Take Shelter, Mud et Midnight Special, la famille est au centre de cette œuvre puissante dans laquelle Joel Edgerton, méconnaissable, est formidable. Loving émeut sans le moindre pathos. Une vraie réussite de mise en scène et d’interprétation.

Le pitch en vingt mot

Richard aime Mildred. Mildred aime Richard. Il est blanc. Elle est noire. Ils se marient et sont jetés en prison.

Le casting

Joel Edergton, Ruth Negga, Michael Shannon, Nick Kroll, Bill Camp

La scène à retenir

Un photographe du magazine « Life » vient rendre visite au couple. Emu, il constate à quel point ces deux-là s’aiment avant de prendre de très beaux clichés pendant qu’ils regardent la télé.

Les tweets qui s’opposent

 

Qui a dit (ou cru entendre) dans le jury

« Je ne connaissais pas cette histoire. »

« Moi non plus mais c’est toujours bon de rappeler que le racise est une bien vilaine chose. »

« J’ai été bluffé par la réalisation de Jeff Nichols qui fait l’économie des scènes de procès pour se focaliser sur l’intimité du couple. »

« Moi, c’est Joel Edgerton qui m’a bluffé. Vous ne trouvez pas qu’il serait top en méchant dans un nouveau Mad Max ? »

« Mêlez-vous de vos affaires. Donnons-lui plutôt un prix ! »