Festival de Cannes: Pourquoi on aime à la folie «Paterson» de Jim Jarmusch

UN PEU BEAUCOUP A LA FOLIE Le réalisateur joue une partition subtile, délicate et drôle autour d'Adam Driver, chauffeur de bus poète...

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié
— 
Adam Driver dans Paterson de Jim Jarmusch
Adam Driver dans Paterson de Jim Jarmusch — Le Pacte

Jim Jarmusch est un familier de Cannes où on le retrouve toujours avec le même plaisir. Paterson ravira les fans de ce cinéaste délicatement farfelu qui revient au meilleur de sa forme. Une atmosphère joliment frappadingue, une bande-son remarquable et une interprétation éblouissante d’ Adam Driver et Golshifteh Farahani sont les ingrédients de ce poème filmé qui sait tour à tour être drôle et grave.

Le pitch en vingt mots

Une semaine dans la vie d’un conducteur de bus poète et de son épouse artiste au cœur du New Jersey.

Le casting

Adam Driver, Golshifteh Farahani, Kara Hayward et le bouledogue Marvin (future Palme dog ?)

La scène à retenir

Le héros déguste une magnifique tarte au cheddar et aux choux de Bruxelles préparée avec amour par son épouse. Il la mange gentiment mais ne se régale pas vraiment.

Deux tweets qui s’opposent

Qui a dit (ou cru entendre) dans le jury

« J’adore le faux rythme qu'impose Jarmusch et les poèmes du héros! »

« Moi, ce film m’a donné envie d’aller faire un tour dans le New Jersey... »

« Dans le New Jersey ? Quelle drôle d’idée ! Pourquoi ne pas donner plutôt un prix d’interprétation à Adam Driver, absolument épatant ? »