Festival de Cannes: Pourquoi on n'aime qu'un peu «Moi, Daniel Blake» de Ken Loach

UN PEU A LA FOLIE PAS DU TOUT On ne compte plus les participation de Ken Loach à la compétition cannoise avec des mélos sociaux tels que ce «Moi, Daniel Blake» d'honnête facture, mais peu fringant...

Stéphane Leblanc

— 

Moi, Daniel Blake de Ken Loach
Moi, Daniel Blake de Ken Loach — LE PACTE

Ken Loach a le cœur à gauche et la plupart de ses meilleurs films (Raining Stones, Lady Bird, My Name is Joe) sont empreints de ses convictions. Ses plus anecdotiques aussi, tel ce Moi, Daniel Blake, simple et touchant, mais qui n’apporte rien à la filmographie de celui qui avait annoncé sa retraite il y a deux ans.

Le pitch en vingt mots

Un menuisier invalide et une mère célibataire s’entraident et se battent pour faire reconnaître leurs droits dans la Grande Bretagne d’aujourd’hui…

Le cast en une ligne

Dave Johns, Hayley Squires

Deux tweets qui s’opposent

Qui a dit (ou cru entendre) dans le jury

« C’est qui ce Macron auquel Bertrand Tavernier fait référence ? Un Conservateur comme David Cameron ? »

« Y a-t-il dans notre jury un seul cœur de pierre qui n’a pas versé sa larme ? Non ? Rendez-vous au palmarès, alors. »