Festival de Cannes: Bruno Dumont apprécie la franchise de Fabrice Luchini sur «Ma Loute»

CLASH Les rapports ont été électriques entre l'acteur et le réalisateur. Bruno Dumont donne sa version des faits à «20 Minutes»... 

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié

— 

La famille bourgeoise de Ma Loute de Bruno Dumont
La famille bourgeoise de Ma Loute de Bruno Dumont — Roger Arpajou/Mémento

Bruno Dumont parle plus doucement que Fabrice Luchini mais il est aussi drôle ce dont les spectateurs se doutaient en voyant son P’tit Quiquin et qui se confirme dans Ma Loute. Loin d’être dérouté ou froissé par les propos plutôt vigoureux de l’acteur à son égard. Il admet, le sourire aux lèvres : « Tout ce qu’il a écrit est vrai ».

>> A lire aussi : Luchini parle de «castration totale» à propos du tournage

>> A lire aussi : Ce que Luchini a écri sur «Ma Loute» dans son livre

Des débuts difficiles

Dans sa biographie Comédie Française (Flammarion), l’acteur accuse le cinéaste de ne pas savoir pas su communiquer avec lui et d’être réfrigérant. « Les débuts entre nous ont été difficiles, explique Bruno Dumont à 20 Minutes. Notre histoire est celle de deux hommes qui viennent de milieux différents mais j’ai bien aimé sa réserve et sa politesse. » Les rapports étaient d’autant plus étranges que Luchini ne connaissait pas le travail de Dumont. « Il n’avait pas vu mes films et il s’en foutait. Il me disait « C’est bon : tu vas à Cannes et tu fais des films où les gens se prennent la tête ». On s’est longtemps regardé en chiens de faïence. »

Sans la moindre rancune

Bruno Dumont ne regrette absolument pas son choix. « J’ai vu dans le bonhomme un humour un peu poivré que j’apprécie et qui correspond à mon univers. J’aimais bien quand Luchini se foutait de moi. » Loin de le vexer, les doutes du comédien confortaient le cinéaste dans le bien-fondé de son choix. « Les doutes me plaisent, rien ne me paralyse davantage que quelqu’un qui veut travailler avec moi ». A force de réticence et de résistance, les deux hommes sont parvenus à faire exister un personnage hilarant. « J’aime la franchise de Fabrice Luchini à mon égard. Je préfère cela à l’hypocrisie ». A défaut de rancune, le cinéaste a au moins de la classe.