«Criminal»: Kevin Costner finira-t-il par sauver sa carrière?

DE RETOUR L’acteur est au taquet dans ce polar étonnant où il incarne un psychopathe, cobaye d’une étrange expérience…

Caroline Vié

— 

Kevin Costner dans Criminal d'Ariel Vromen
Kevin Costner dans Criminal d'Ariel Vromen — Metropolitan FilmExport

Jusqu’ici, Kevin Costner a fichu sa carrière en l’air avec une opiniâtreté qui force le respect depuis les naufrages successifs de Waterworld et Postman. Criminal d’Ariel Vromen marque le grand retour de l’acteur de Bodyguard ainsi qu’une belle tentative pour rentrer en grâce. Il y a du boulot, mais son cas n’est pas désespéré…

Un scénario capillotracté

Cette fois, l’acteur incarne un tueur dépourvu de tout sentiment humain dans le corps duquel on place les souvenirs d’un agent du FBI défunt, mais bon père de famille quand même. On n’y croirait pas un millionième de seconde sans le talent du Kevin et sa coupe qui passe de christique à G.I Joe, pour montrer que l’empathie est inversement proportionnelle à la longueur de la tignasse.

Un paquet de stars

Outre Ryan Reynolds qui n’apparaît que le temps de se monter en marcel sanglant, Gal Gadot toujours éblouissante, Gary Oldman au look de vieille anglaise et Tommy Lee Jones qui tire la tronche comme toujours font le job. Ils laissent obligeamment toute la place à Kevin Costner pour qu’il montre qui est le patron. Et ça marche ! Il y avait bien longtemps que l’acteur n’avait pas été aussi charismatique.

Ryan Reynolds dans Criminal d'Ariel Vromen
Ryan Reynolds dans Criminal d'Ariel Vromen - Metropolitan Film export

De l’action !

A 61 balais, le comédien semble suivre le chemin ouvert par Liam Neeson dans la saga Taken. Il manie les flingues avec une aisance de gentleman, a l’œil qui frise en présence des dames et cavale (presque) comme un jouvenceau pour mettre une pelletée aux méchants qui font rien qu’à vouloir jouer aux terroristes. Il est totalement crédible en vrai bonhomme toujours vert malgré ses cheveux gris. On se revoit vite, Kevin ?