«Maggie a un plan»: Greta Gerwig et Rebecca Miller opposent New-yorkaises et Parisiennes

CAPITALES La comédie de Rebecca Miller sur un trio amoureux plonge dans la vie d’une poignée d’habitants de la Grosse Pomme…

Caroline Vié
— 
Ethan Hawke et Greta Gerwig dans Maggie a un plan de Rebecca Miller
Ethan Hawke et Greta Gerwig dans Maggie a un plan de Rebecca Miller — Diaphana

Une jeune femme dévouée vole un écrivain en manque d’inspiration à sa femme égocentrique avant de découvrir progressivement qu’elle a envie de le lui rendre. Maggie a un plan de  Rebecca Miller offre des rôles de névrosés craquants à Greta Gerwig, Ethan Hawke et Julianne Moore.

En visite à Paris, la réalisatrice et sa jeune actrice ont confié à 20 Minutes leur passion pour New York qui est un personnage à part entière du film, comparant cette ville avec la capitale française avant de dresser ce qu’elles estiment être les différences entre les New-yorkaises et les Parisiennes.

Plus ou moins sophistiquées ?

Les héroïnes new-yorkaises du film rivalisent de tenues originales. Ce qui ne les empêche pas d’être des intellectuelles torturées qui se délectent de leurs névroses.

« Les Parisiennes sont plus à la pointe du goût que nous en matière de mode et de tendances, insiste Rebecca Miller. Elles aiment lire, se cultiver et être toujours au top. Peut-être sont-elles un peu moins névrotiques que nous, mais elles nous rattrapent petit à petit… Je crois par exemple que nous gagnons du terrain dans le domaine de la mode où nous parvenons à créer notre propre style comme l’a fait Greta dans le film. »


Plus ou moins libérées ?

Les personnages de Maggie a un plan se prennent bien la tête avec leurs vies sentimentales. Elles se tirent des situations gênantes avec une grande classe.

« Les Parisiennes ont la réputation d’être libres sexuellement, explique Greta Gerwig. Il est certain que l’Amérique est plus puritaine que la France mais il faut admettre que, dans une grande ville comme New York, les comportements sont proches de ceux de Paris même si nous sommes peut-être un peu plus coincées. Là aussi, les choses évoluent doucement et c’est bien montré dans le film. »

Plus ou moins épanouies ?

La quête du bonheur est au centre de ce film réjouissant, dont les protagonistes explorent la carte du Tendre avec une énergie communicative.

« Pour ce qui concerne l’épanouissement, je crois que nous sommes toutes confrontées aux mêmes soucis, entre vie de femme, de mère et boulot. Les Parisiennes nous semblent un peu plus à l’aise face à ces problèmes, mais je me demande si ce n’est pas parce qu’on a toujours la tentation de penser que l’herbe est plus verte ailleurs. »