Sous l’emprise du sabre émouvant

© 20 minutes

— 

Hero marque les débuts de Zhang Yimou dans le wu xia pian, le film de sabre chinois, déjà réactualisé avec le fameux Tigre et Dragon d’Ang Lee. Cette fois, le réalisateur d’Epouses et Concubines revient 2 000 ans en arrière pour confronter le futur empereur de Chine à l’homme qui l’a sauvé d’un trio d’assassins. Au fil de leur conversation, les interlocuteurs revisitent le passé en flash-back, révélant progressivement leurs motivations véritables. Fidèle aux codes du genre, Zhang Yimou filme des démonstrations d’arts martiaux réglées au millimètre. Le cinéaste chinois a su réunir de grands noms pour son festival de combats où les acteurs semblent défier l’apesanteur : Maggie Cheung et Tony Leung Chiu-wai, les vedettes de In the Mood For Love, côtoient Zhang Ziyi, Jet Li et Donnie Yen, stars du cinéma de kung-fu. Tous sont éblouissants dans leurs ballets meurtriers aux couleurs éclatantes et aux mouvements sublimés, d’une beauté formelle à couper le souffle. Chevaliers intrépides et dames d’armes fatales se désirent et se déchirent. Les sabreurs amoureux pratiquant la calligraphie à quatre mains avant de se transformer en guerriers redoutables illustrent la quête de perfection de personnages tragiques hantés par leurs idéaux. Avec cette oeuvre magistrale, Zhang Yimou s’inscrit dans la lignée de King Hu et de Chang Cheh, grands maîtres du wu xia pian. A ceux qui lui reprochent d’être à la solde du régime communiste, le cinéaste répond, catégorique : « Mon film ne défend aucune idéologie. Il évoque les légendes ancestrales que j’aimerais faire redécouvrir au jeune public. » Caroline Vié