Scrat: L'écureuil de «L'âge de glace» en guest star du musée Art Ludique

CULTE Le musée Art Ludique (Paris, 13e) présente une superbe exposition sur les studios Blue Sky et leur vedette, Scrat, du 25 mars au 18 septembre...

Caroline Vié

— 

Chris Wedge devant les œuvres l'exposition Blue Sky au musée Art Ludique
Chris Wedge devant les œuvres l'exposition Blue Sky au musée Art Ludique — Caroline Vié

Si le nom de Scrat n’est pas immédiatement familier, tout le monde (ou presque) connaît l’écureuil hystérique de L’Age de glace. Ce petit animal perpétuellement lancé à la recherche de son gland fétiche est l’une des vedettes de L’art de Blue Sky, la nouvelle exposition du musée Art Ludique où sont sont présentées plus de huit cents œuvres du studio situé dans la banlieue de New York.

L’essence du studio Blue Sky

Une bonne occasion pour revenir sur ce rongeur star devenu la mascotte de Blue Sky. « Scrat a un côté très français, c’est pour cela que nous avons un affect particulier pour lui. Il me fait penser à Louis de Funès par son aspect râleur et énervé », explique Jean-Jacques Launier qui a créé le musée avec sa femme Diane. Chez Blue Sky aussi, Scrat est une star très prisée et très aimée. Carlos Saldanha, réalisateur des deux Rio explique à 20 Minutes. « Scrat représente Blue Sky parce que nous avons tous mis la main à la pâte pour lui donner vie, que ce soit pour le dessiner, l’animer ou le sculpter. Il contient un peu du style de chacun chez lui. Il est l’essence de Blue Sky. »

Créé au départ comme un personnage secondaire

« Scrat, c’est moi à l’époque du premier Age de glace au début des années 2000 ! Obsessionnel à l’idée de réussir mon premier long-métrage », s’exclame Chris Wedge co-fondateur et vice président du studio aussi connu pour faire les onomatopées de rongeur. Personne ne se doute alors que le petit écureuil va devenir une star. « On l’a créé comme un personnage secondaire et on n'a mesuré son impact qu'au moment de la première bande-annonce du film. Le public le réclamait à cor et à cri : c’est lui qu’il voulait voir ! », explique Peter De Sève qui l'a dessiné. Des scènes avec Scrat sont alors ajoutées et l’animal devient rapidement l’emblème du studio.

Le temps lui donne de l'aisance et de la grâce

« Scrat s’est le rêve de tout animateur parce qu’il représente l’animation dans ce qu’elle a de plus dynamique. Il ne parle pas et on peut jouer avec son aspect physique et ses grimaces car il est totalement caricatural », insiste Steve Martino, réalisateur de Snoopy et les Peanuts pour le studio. Des dessins assez schématiques du premier film aux courts-métrages dont il est la vedette, Scrat a pris de l’aisance et de la grâce. « Les progrès techniques ont été énormes en quinze ans, précise Peter De Sève. Nous avons notamment pu améliorer sa fourrure sans donner l’impression qu’il était obèse. »

Peter de Sève et Scrat
Peter de Sève et Scrat - Caroline Vié

La promesse de la meilleure séquence de Scrat jamais tournée

Non content d’être entré au musée Grévin et d’être l’emblème de Blue Sky, Scrat poursuit son petit bonhomme de chemin. « Il m’a échappé, mais je le vois toujours avec plaisir comme un enfant qui aurait grandi », sourit Peter De Sève. L’idée de lui donner la vedette d’un long-métrage n’est pas abandonnée. « On attend de trouver la bonne idée mais elle me trotte dans la tête sans que je puisse la capturer, comme le gland de Scrat. En attendant, on a étoffé son personnage dans L’âge de glace : les lois de l’univers où je promets la meilleure séquence de Scrat jamais tournée », avoue Chris Wedge. Le public pourra en juger pour la sortie du film le 13 juillet.