«Moonwalkers»: Le retour délirant du Ron d'Harry Potter en manager junky

SIXTIES A 27 ans, Rupert Green incarne un hippie embarqué dans une arnaque délirante dans la comédie « Moonwalkers »…

Caroline Vié

— 

Rupert Grint dans Moonwalkers
Rupert Grint dans Moonwalkers — Mars Distribution

Rupert Grint, le Ron Weasley d’Harry Potter, abandonne la sorcellerie pour s’essayer à une drôle de conquête spatiale dans le réjouissant Moonwalkers d’Antoine Bardou-Jacquet. En 1969, un agent de la CIA (Ron Perlman) est envoyé à Londres pour demander à Stanley Kubrick de filmer un faux alunissage, au cas où la mission Apollo 11 se solderait par un échec. L’agent ne trouve pas Kubrick, mais Jonny, manager perpétuellement entre deux joints d’un groupe de rock, incarné par Rupert Grint.

Fan des Sixties

« J’étais vraiment heureux de bosser sur un film qui se déroule dans les années 1960, explique l’acteur à 20 Minutes. J’aurais aimé vivre à cette époque où sexe, drogue et rock’n’roll se pratiquaient en toute liberté. » Le côté conspirationniste du scénario a aussi beaucoup amusé Grint qui avoue passer du temps sur Internet à la recherche des théories les plus fumeuses. « Ma préférée est celle qui prétend que la lune est un œuf géant dont un reptile ailé finira par sortir », plaisante-t-il. Avec ses tenues hippies et son sourire malicieux, il porte Moonwalkers vers des sommets de délire.

Tombé dedans quand il était petit

Bien qu’il n’ait pas vu 2001, L’odyssée de l’espace (1968), l’acteur de 27 ans se déclare fan de Stanley Kubrick, mais n’est pas vraiment cinéphile. « En fait, je suis tombé dans le métier d’acteur par hasard, en passant du gamin qui jouait dans les pièces de son école à la saga Harry Potter qui a occupé onze ans de ma vie. » Ses fans, nombreux, ont tous les âges. « Le plus drôle est que certains d’entre eux n’étaient pas nés quand on a fait le premier film. Je sais qu’Harry Potter marquera ma carrière à vie ce qui me réjouit d’autant plus que  je suis toujours un peu Ron: ma photo de passeport a été prise alors que je portais son costume sa cravate sur un tournage de la saga. »

S’amuser et essayer

Aujourd’hui fermement convaincu de poursuivre sa carrière de comédien, Grint souhaite avant tout s’amuser. « Les tournages d’Harry Potter et de Moonwalkers m’ont prouvé que rigoler sur les tournages n’empêchait pas de faire du bon travail, mais j’aime aussi prendre des risques. » Comme apparaître au théâtre à Broadway l’an dernier avec F. Murray Abrahams et Matthew Broderick dans It’s only a play. « Cela m’a permis de découvrir ce qu’est le trac. Je suis plutôt cool comme garçon mais là je flippais vraiment ». On est impatient de savoir ce que sera son prochain défi.