«Zoolander 2»: «C’est au public de rire, estime Will Ferrell, pas aux comédiens»

HUMOUR Le comique retrouve son rôle de méchant hystérique, ennemi juré du mannequin Derek Zoolander...

Caroline Vié

— 

Will Ferrell et Nathan Lee Graham dans Zoolander 2
Will Ferrell et Nathan Lee Graham dans Zoolander 2 — Paramount

Will Ferrell est l’un des transfuges les plus doués de l’émission satyrique « Saturday Nigth Live ». Pour Zoolander 2 de Ben Stiller, il reprend son rôle de Mugatu, psychopathe à la coiffure de caniche peroxydé qu’il définit comme « une compilation des stylistes les plus hystériques du monde le monde. » Pour 20 Minutes, ce comique très doux et très sérieux dans la vie explique comment il compose un personnage.

Un gros travail d’observation

Qu’il se livre à une imitation (comme celle, cultissime, de Georges Bush) ou crée un personnage de toutes pièces, Ferrell prend le temps d’étudier.

« C’est un travail fastidieux mais indispensable que d’étudier à fond des modèles comme les présentateurs télé pour Ron Burgundy ou les hommes politiques pour Moi député, cela donne une base solide. Tout part de là après il s’agit juste de peaufiner en trouvant l’équilibre pour que ce soit drôle sans tomber dans la caricature. »

Improviser mais pas trop

La télévision a appris à Will Ferrell comment réagir vite pendant un tournage et mettre immédiatement ses idées en pratique.

« Cela ne doit pas dispenser d’écrire. L’improvisation ne peut se concevoir que comme un bonus. Sur un film comme Zoolander 2, elle est limitée car nous avions beaucoup d’effets spéciaux et tout était réglé au millimètre près. Si nous sommes assez naturels pour que le public croit que nous improvisons, nous avons réussi notre coup ! ».

Prendre les choses au sérieux

Bien qu’il travaille souvent avec les mêmes complices, Will Ferrell insiste sur le fait que l’humour doit être pris au sérieux.

« Il y a un côté presque scientifique dans la façon dont on obtient le rire du spectateur. C’est une mécanique très précise et très fragile qui permet de réussir une comédie. Je prends du plaisir à mon travail mais je ne peux pas dire qu’il m’amuse. C’est le public qui rit, pas les comédiens. »