VIDEO. «Bambi», «Heidi», «Candy»… Ces dessins animés qui ont l'art de traumatiser les enfants

CULTE A l’occasion de la sortie en salle du film « Heidi », retour sur ces dessins animés qui ont traumatisé des générations d'enfants…

Anne Demoulin

— 

Heidi est heureuse dans les alpages, et dépressive à la ville.
Heidi est heureuse dans les alpages, et dépressive à la ville. — Kaze Animation

Vous souvenez-vous de la première fois où vous avez vu la mère de Bambi se faire tuer ? De l’instant où Mufasa tombe de la falaise dans Le Roi Lion ? Les personnages des dessins animés ont 2,5 fois plus de risques de mourir et 3 fois plus de risques d’être tués que ceux des films pour adultes, selon une étude menée par les chercheurs de l’Université d’Ottawa et de l’University College London (UCL). Oui, il y a des dessins animés qui laissent un traumatisme impérissable, qui font faire pipi au lit ou détester le noir. Comment certains dessins animés ont failli faire flancher le canapé du côté du divan ?

La dépression avec « Heidi »

Sous ses airs gentillets, l’histoire de Heidi, dont l’adaptation cinématographique sort en salle ce mercredi, est traumatisante. Heidi est orpheline. Les mères et les pères sont en effet au moins cinq fois plus susceptibles de mourir dans les dessins animés pour enfants. L’héroïne de Johanna Spyri est donc flanquée à l’âge de 5 ans chez son grand-père, un misanthrope bourru, limite sociopathe. La gamine s’adapte et prend goût à la vie à la montagne. La tante décide alors de la placer comme petite fille de compagnie dans une riche famille de Francfort. Heidi s’étiole et devient somnambule. Voilà comment, au début des années 1980 dans Les Visiteurs du mercredi avec Heidi, fille des Alpes, aujourd’hui dans Tfou en images de synthèse, et demain dans le film d’Alain Gsponer, les jeunes téléspectateurs appréhendent le concept de la dépression.

La peur de l’abandon avec « Rémi sans famille »

Rémi sans famille est l’adaptation de l’œuvre de l’auteur français Hector Malot. Rémi est abandonné par ses parents en raison de problèmes financiers. Il est vendu à un comédien ambulant, Vitalis et intègre la troupe formée par trois chiens (Capi, Zerbino et Dolce) et d’un singe savant (Joli-Coeur). Au fil des aventures, les chiens, le petit singe et Vitalis succombent au froid, à la faim, à la misère. De quoi bien flipper le soir dans son petit lit douillet.

La confusion mentale avec « Candy »

L’histoire de Candy, c’est avant tout celle d’une gosse abandonnée le soir de Noël, qui grandira dans un orphelinat. Oui, les orphelins, de Princesse Sarah à Tom Sawyer en passant par Harry Potter ou Belle et Sébastien, font les choux gras des auteurs d’histoire pour enfants. A 13 ans, elle a un premier béguin pour Anthony, le petit prince des Collines. Et là, c’est le drame. Il meurt d’une chute de cheval. Une scène tellement violente, choquante et brutale qu’au moment de la première diffusion en 1979, les parents écrivent à Récré A2 pour se plaindre. Dorothée, la présentatrice, annonce qu’il y a eu une « mauvaise interprétation » du dessin animé, qu’Anthony n’était pas mort, mais grièvement blessé, cloué sur un lit d’hôpital… Antenne 2 modifie donc le scénario, et le doublage. A vouloir tout arranger, les incohérences rendent l’histoire incompréhensible. Les enfants découvrent la confusion mentale.

L’hypocondrie avec « Il était une fois la vie »

L’histoire d’Il était une fois la vie se passe à l’intérieur d’un corps humain, généralement celui de Pierrot, et explique ses fonctions physiologiques principales. Grâce à ce dessin animé, créé en 1987 et diffusé sur France 3, actuellement remasterisée en HD pour une nouvelle édition DVD, toute une génération a découvert la crainte des microbes.

Bonjour les amis, Chose promise, chose due : découvrez en exclusivité les premières images restaurées de la série "Il était une fois… la Vie !"…en musique avec son célèbre générique !

Posté par Il était une fois (les dessins animés) sur lundi 25 janvier 2016

Qui n’a pas psychoté en voyant Pierrot (qui ne s’était pas lavé les mains) se tordre de douleur en sueur dans son lit ? Qui n’a jamais imaginé dans son corps une armée de globules blancs dans de petits vaisseaux livrer bataille contre un virus ? Qui n’a jamais imaginé un centre de contrôle dans son cerveau ? Il était une fois la vie a créé une génération d’hypocondriaques.

>> Et vous, y a-t-il un dessin animé qui vous a traumatisé dans votre enfance ? Dites-le nous dans les commentaires ou à contribution@20minutes.fr.