Natalie Portman regrette à son tour le manque de diversité aux Oscars

CINEMA Invitée du journal télévisé de France 2 ce dimanche, l’actrice Natalie Portman a elle aussi pris part à la polémique qui agite la 88e cérémonie des Oscars…

C.W.
— 
L'actrice Natalie Portman à la première de «Jane Got A Gun» à Paris le 24 janvier 2016
L'actrice Natalie Portman à la première de «Jane Got A Gun» à Paris le 24 janvier 2016 — Kamil Zihnioglu/AP/SIPA

La polémique concernant la 88e cérémonie des Oscars ne cesse d’enfler. Après les boycotts de Jada Pinkett Smith et de Spike Lee, les tollés de Charlotte Rampling et Julie Delpy, c’est au tour de Natalie Portman de prendre part au débat sur le manque de diversité aux nominations des Oscars. Et selon l’actrice américaine, il ne s’agit « pas seulement d’un problème de récompenses ».

>>A lire aussi : Boycott des Oscars : L’Académie prend des mesures « historiques » pour augmenter sa diversité

« Ça montre quelque chose de très important dans notre société »

Invitée du JT de Laurent Delahousse sur France 2 ce dimanche pour présenter son nouveau film Jane Got A Gun, Natalie Portman s’est elle aussi exprimée sur le manque de diversité des Oscars. « C’est un débat très important, il faut l’avoir car ça montre quelque chose de très important dans notre société », a déclaré l’actrice. « Pas seulement devant la caméra mais aussi derrière la caméra. Si on s’intéresse aux minorités, aux femmes, à toutes les personnes qui sont nommées dans les catégories plus techniques, en réalité, il y en a très peu dans chaque catégorie chaque année ».

Mais au-delà de la polémique sur les nominations, pour Natalie Portman, le débat pose une toute autre question, bien en amont de la cérémonie. « Ce n’est pas seulement un problème de récompenses mais de la manière dont on embauche les gens dans les films qui sont réalisés et qui sont vendus », a-t-elle expliqué. A un mois de cette 88e cérémonie organisée le 28 février, la polémique ne semble pas près de se dégonfler. Et c’est désormais à un véritable problème de fond qu’est confrontée l’industrie du cinéma américain.