«45 ans»: Charlotte Rampling bouleverse malgré la controverse

STAR La comédienne est éblouissante en septuagénaire jalouse et fragile dans le drame intimiste du Britannique Andrew Haigh...

Caroline Vié

— 

Charlotte Rampling dans 45 ans d'Andrew Haigh
Charlotte Rampling dans 45 ans d'Andrew Haigh — Ad Vitam

En déclarant que le boycott de la soirée des Oscars pouvait être considéré comme du racisme anti-blanc, Charlotte Rampling s’est mis beaucoup de monde à dos. Il serait pourtant dommage que 45 ans, magnifique film d’Andrew Haigh, pâtisse de ces propos.

>> A relire : Les déclarations de Charlotte Rampling au sujet des Oscars


Jalouse d’une morte

Pressentie pour remporter l’Oscar du meilleur rôle féminin, l’actrice est absolument bouleversante en épouse tenaillée par la jalousie alors qu’elle s’apprête à fêter ses noces de vermeil. La découverte du corps du premier amour de son époux, disparue dans les glaces pendant un demi-siècle, va doucement l’entraîner vers des pensées aussi redoutables que dangereuses. Son mari a-t-il aimé la disparue autant qu’elle ? Ou plus qu’elle ? Ne l’aurait-il pas épousée si elle avait survécu ? Petit à petit, le poison du doute la tenaille au beau milieu des préparatifs de la réception.

Un charme mélancolique

« Ces fêtes d’anniversaire de mariage sont l’occasion pour les gens de montrer au monde ce qu’ils ont fait de leur vie, estime le réalisateur britannique Andrew Haigh. Il paraissait donc logique qu’un couple puisse s’effriter sous cette pression. » Charlotte Rampling, 69 printemps, se met à nu dans un rôle délicat partageant une scène d’amour déchirante avec le merveilleux Tom Courtenay. « Nos vies sont courtes et quand on arrive à l’âge que j’ai, on se demande si on a bien ou mal vécu. » Ces questions existentielles, ce film au charme mélancolique les pose tout en douceur laissant chaque personnage trouver sa réponse.