«La 5e vague»: La violence de Chloë Grace Moretz «vient d’une zone sombre» de sa personnalité

ACTION La jeune actrice tient la vedette du film de science-fiction inspiré des best-sellers de Rick Yancey…

Caroline Vié

— 

Chloë Grace Moretz dans La 5ème vague
Chloë Grace Moretz dans La 5ème vague — Sony Pictures

A 18 ans, Chloë Grace Moretz s’est déjà fait une réputation solide dans le domaine du cinéma de genre. Combattante dans Kick-Ass (2010), vampire dans Laisse-moi entrer (2010) et sorcière dans Carrie la vengeance (2013), la belle blonde est plongée dans un monde post-apocalyptique pour La 5e vague de J. Blakeson d’après les best-sellers de Rick Yancey (Robert Laffont).

A lire aussi : Notre rencontre avec Rick Yancey lors de la parution de « La 5e vague »

« J’aime le cinéma de genre car il offre les meilleurs rôles aux très jeunes acteurs », explique Chloë Grace Moretz à 20 Minutes.

Des thèmes graves dans un film de genre

L’héroïne de ce film de science-fiction, dans la lignée des Hunger Games et des Divergente, recherche son frère dans un monde où des extraterrestres se sont jurés de nous éradiquer pour s’installer sur la Terre. « Il s’agit certes d’un film pour jeunes adultes, précise l’actrice, mais les thèmes abordés sont graves puisqu’on y découvre des humains que les aliens ont privés de leur humanité. » La jeune femme a signé pour les deux autres volets de la trilogie et attend impatiemment le tome 3 qui sortira en mai prochain aux Etats-Unis. « J’espère qu’on me l’enverra en avance ! »

L’action ne lui fait pas peur

Dès la première scène du film, le ton est donné quand Chloë manie les armes avec efficacité. « La violence de mes personnages vient d’une zone très sombre de ma personnalité que je peux explorer sans souci parce que je mène une existence très stable. Dans la vie courante, je suis une vraie mamie », plaisante-t-elle. Cette « mamie » aux formes sculpturales multiplie les expériences professionnelles comme de doubler en anglais l’héroïne du dernier chef-d’œuvre d’Isao Takahata : Le conte de la princesse Kaguya ou de jouer une starlette dans Sils Maria d’Olivier Assayas. « Mes fans grandissent avec moi, et me suivent dans ce que je fais », précise-t-elle.

A la recherche de réalisatrices

Après avoir été dirigée par Tim Burton (Dark Shadows, 2012) et Martin Scorsese (Hugo Cabret, 2011), Chloë Grace Moretz meurt d’envie de travailler avec de nouveaux talents. « J’aimerais trouver de jeunes réalisatrices parce que je sais qu’il y en a beaucoup qui tentent de monter des projets. C’est ce dont j’ai envie en ce moment. » Elle sera bientôt la Petite sirène dans un film signé Rebecca Thomas dont le tournage commence en mars. « Ce sera une version plus sombre que celle du dessin animé car nous nous rapprocherons de l’histoire originale. » L’auteur Hans Christian Andersen (1805-1875) serait sans doute ravi de voir son héroïne si bien incarnée.